AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Halte à Coruscant [PV Thrawn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 39
Crédits : 42
Date d'inscription : 15/04/2017
Emploi/loisirs : Chercheur

Une vie
Armes:
Maître / apprenti(e):
DC:
Infos fermées
MessageSujet: Halte à Coruscant [PV Thrawn]   Sam 12 Aoû - 10:43

La planète des Siths était belle et intéressante, dommage, cependant, qu’elle n’offre pas autant de ressources que besoin, cela éviterait au seigneur Sith de rapides voyages, et pourtant agaçants, voyages sur Coruscant. Enfin, au moins avait-il le matériel dont il avait besoin, c’était déjà cela. Le matériel, mais surtout les ressources… Son vaisseau était posé sur l’une des nombreuses plateformes, prêt à décoller dès que la soute sera chargée, travail actuellement encours avec deux droïdes, occupés à transporter avec d’infinies précautions une lourde caisse. Penché au-dessus d’une autre, plus grosse encore, Plagueis observa attentivement le liquide épais et mauve contenu dans une fiole minuscule, le tournant à la lumière pour mieux voir les fines particules noires glissant à l’intérieur. Il avait bien hâte de retourner auprès de sa jeune et délicieuse petite cobaye pour continuer les tests sur elle.

Le jour où elle s’était enfin éveillée, il était un peu trop tôt pour poursuivre aussitôt son expérience, et c’était bien dommage, particulièrement frustrant. Garder un cobaye en vie était finalement plus compliqué que prévu, enfin, c’était pour la bonne cause. Il était rare que le seigneur Sith s’amuse autant avec une seule personne et tenait à garder cette fille vivante le plus longtemps possible pour continuer son travail sur elle. Elle attisait son intérêt d’une manière bien rare et le Sith ne voulait pas spécialement jouer avec d’autres tant qu’il l’aura, elle. L’anomalie dans son sang était si rare ! Jamais il n’aurait cru la retrouver et s’en réjouissait, cette charmante petite était une perle rare dont il fallait prendre un très grand soin. Tout à ses pensées, il sentit tout à coup l’influence de la Force disparaître et haussa les sourcils. Un couinement répondit à son interrogation et il plongea la main au sol, attrapant par le cou un Ysalamiri.

Tu t’es perdu un peu loin de chez toi…

La bestiole semblait déboussolée, gesticulant pour lui échapper lorsqu’il la tint à deux mains pour mieux l’examiner, sa curiosité maladive le poussant à vouloir expérimenter avec toutes les créatures vivantes croisant son chemin, peu importe leur âge, leur race, leur sexe, leur condition, leur nouveau social, leur affiliation ou leur état de santé. Après tout, « ami ou ennemi », quelle importance ? Qu’il travaille sur un Jedi, un seigneur Sith, un Impérial, un rebelle ou un simple civil, le plaisir de la découverte restera le même. Bien qu’il y ait des cobayes plus intéressants que d’autres, soit. Avec la bestiole dans les bras, Plagueis rentra à nouveau à l’intérieur, supervisant la préparation du reste du matériel. Près des dernières caisses se trouvait un brancard, où le corps d’un tout jeune sergent humain reposait, évanoui. Un jeune traître qui avait mérité son sort.

L’ysalamiri remua tout à coup plus fortement, couinant, grattant une patte vers le couloir. Plagueis tourna négligemment la tête, voyant que la bestiole s’agitait vers un Chiss. Tiens donc, elle avait reconnu son maître ? Il n’y prit pas attention tout de suite, le sergent s’étant réveillé sur son brancard, l’air hagard et incapable de trop remuer. Parfait… Dors donc, petit, dors, et sois heureux car bientôt tu arriveras sur la planète ancestrale de l’Empire Sith. Son air terrorisé était amusant, comme ses tentatives désespérées de remuer un tant soi peu. Assommé par les calmants, peu de chance qu’il y parvienne, cependant. Le Sith passa une main sur le visage de la petite victime, évaluant en un regard son état de santé, puis se tourna à moitié vers le Chiss et les officiers qu’il suivait. Il n’avait encore jamais travaillé sur un Chiss.

La bestiole est donc à vous. Elle serait intéressante à découper.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 62
Crédits : 69
Date d'inscription : 15/04/2017
Emploi/loisirs : Grand Amiral de l'Empire

Une vie
Armes: Pistolet Laser
Maître / apprenti(e): Aucun
DC: Julia / Vincent / Larin
Infos fermées
MessageSujet: Re: Halte à Coruscant [PV Thrawn]   Dim 13 Aoû - 20:50

Le soldat n'en menait pas large. Déjà que le grand amiral, dans son uniforme blanc caractéristique, recherchait son garde du corps, le noghris Rukh, voilà que lui avait perdu l'ysalamiri qui lui avait été confié. Il avait du tomber sur un droïd d'entretien, les petits cubes à roulettes, car leur faible désir de déplacement ne lui aurait pas permis de partir aussi loin. Il était donc en train de suivre son supérieur avec un autre soldat et un lieutenant, qui avait rejoint le grand amiral avec un databloc et les informations pour lui. Il était content que le chiss ait son propre animal de Myrkr car qui sait le sort qu'on lui réservait sinon.

C'est dans un corridor peu fréquenté qu'il remarqua enfin l'animal, tenu par un de ses non-humains qui pullulait dans l'enceinte du sénat. Il le montra du canon de son arme à son supérieur, qui prit cette direction, marchant devant eux trois, tenant son databloc dont le stormtrooper avait pu voir brièvement que son contenu était... indéchiffrable à ses yeux.

Un fois à la hauteur du muun, sans attendre que Thrawn ne le lui ordonne, le soldat s'avança dans le but de récupérer l'animal, repérant le sergent allongé sur un brancard et il se demanda ce qui pouvait l'effrayer.


La bestiole est donc à vous. Elle serait intéressante à découper.

"Il est dommage pour vous que je ne puisse autoriser une telle chose."

Le soldat connaissait un peu l'amiral mais il était toujours incapable de définir son humeur. Le ton de sa voix était cordial et poli, comme toujours. Il était bien droit, tenant son propre ysalamiri dans ses bras. Le soldat resta prêt du muun, attendant que cet individu, membre d'une race plus connue pour ses intérêts bancaires que pour son amour des animaux, lui rende celui dont il avait la charge. Il nota le geste du grand amiral et vit le lieutenant s'approcher du soldat allongé sur la civière.

"Puis-je savoir qui vous êtes et de quel droit vous détenez un soldat impérial ?"

_________________

Le Chimaera
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

avatar
Messages : 39
Crédits : 42
Date d'inscription : 15/04/2017
Emploi/loisirs : Chercheur

Une vie
Armes:
Maître / apprenti(e):
DC:
Infos fermées
MessageSujet: Re: Halte à Coruscant [PV Thrawn]   Lun 14 Aoû - 8:18

Il est dommage pour vous que je ne puisse autoriser une telle chose.

Un amoureux de ce genre d’animal ? Bah, qu’importe. Le Sith s’intéressait en ce moment plus à l’avenir de sa petite cobaye et au sang de ce jeune humain qu’aux envies de protection des animaux de ce Chiss en costume blanc. Lui et les jeunes blancs-becs l’accompagnant d’ailleurs. La bestiole qu’il tenait toujours négligemment n’attirait pas non plus son attention, malgré ses tentatives pour s’en sortir, il était bien plus intéressé par les effets que le petit sergent parvenait à contenir et repousser un peu, trouvant très intéressant que la panique, chez lui, soit assez forte pour le maintenir éveillé et même l’aider à remuer. Les humains avaient beau être une race ridiculement faible et fragile, ils avaient parfois des réactions biologiques et chimiques qui étonnaient beaucoup le Muun et le poussait à s’intéresser à eux de plus près, lorsqu’il en avait l’occasion. Ce monde n’était qu’un vaste terrain de jeu dont les pions involontaires ne parvenaient même pas à réaliser leur contribution, c’était bien triste.

Puis-je savoir qui vous êtes et de quel droit vous détenez un soldat impérial ?

Ce petit ne peut malheureusement plus prétendre être un soldat Impérial, sourit-il largement en glissant deux doigts à son cou pour noter le pouls. La traîtrise est mal récompensée, au sein de l’Empire.

Plagueis rendit la bestiole à l’autre type, en la lui jetant presque dans les bras, pour avoir les mains libres, la petite bête couinant un peu puis s’accrocha à son porteur avec ses griffes comme si sa vie en dépendait. Ce qui n’était pas entièrement faux, d’ailleurs. Le sergent allongé sur le brancard eut un long frisson puis parvint tout à coup à bafouiller qu’il préférait mourir, ici et maintenant, plutôt que d’être emmené là-bas. La présentation que ses supérieurs lui avaient faite de son sort le terrorisait, visiblement, mais qu’il ne s’en fasse pas, c’était bien moins terrible que ce qu’on lui avait promis. Tss, tss, mais seul son sang intéressait le Muun, peu importe que celui qui le détenait arrive entier ou non sur la planète, vivant ou pas, en état de parler ou plongé dans le coma, l’essentiel n’était pas là.

Je suis Darth Plagueis, scientifique de l’Empire, se présenta-t-il finalement. Si vous ne venez que pour faire vos adieux au petit, dépêchez-vous, du travail m’attend.

Au même instant, le petit en question eut un bref spasme puis s’évanouit à nouveau, la main qu’il avait voulu soulever retombant faiblement sur le côté, inerte. Ah, dommage, il avait pu rester éveillé moins de temps que Plagueis ne l’aurait cru. Tant pis pour les adieux, il se contentera de faire ses prières de façon classique, avant de rejoindre la Force. Le Muun fit un signe de main aux deux droïdes, assez bref, en désignant le gamin sur la civière.

Emmenez-le à bord.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 62
Crédits : 69
Date d'inscription : 15/04/2017
Emploi/loisirs : Grand Amiral de l'Empire

Une vie
Armes: Pistolet Laser
Maître / apprenti(e): Aucun
DC: Julia / Vincent / Larin
Infos fermées
MessageSujet: Re: Halte à Coruscant [PV Thrawn]   Mar 15 Aoû - 16:27

Ce petit ne peut malheureusement plus prétendre être un soldat Impérial. La traîtrise est mal récompensée, au sein de l’Empire.

Le soldat fut soulagé de récupérer l'ysalamiri dont il avait la garde et il s'apprêta à reculer derrière le grand amiral mais il remarqua le geste de la main de son supérieur et resta à sa place. L'humain se demanda si l'être aux intimidants yeux rouges n'allait pas lui demander, lui ordonner de faire quelque chose.

Je suis Darth Plagueis, scientifique de l’Empire. Si vous ne venez que pour faire vos adieux au petit, dépêchez-vous, du travail m’attend. Le muun se tourna vers deux droïds et leur intima Emmenez-le à bord.

"Un instant. Je me présente à mon tour : je suis le grand amiral Thrawn."

Le soldat regarda son supérieur. Ses connaissances ne lui permettaient pas de comprendre qu'il se tenait au côté d'un sith, au contraire du chiss. De toute façon, le soldat ne croyait pas vraiment en la Force, n'ayant jamais vu une personne l'utiliser. Pour lui, les jedi n'étaient qu'un ordre inutile dont la traque était nécessaire et juste. Quand aux sith, ils n'étaient que des croquemitaines, guère plus qu'un conte pour effrayer les enfants. Tout juste se demanda-t-il s'il y avait un lien entre le muun et le seigneur Vador.

"Et je ne connais qu'un seul châtiment pour les traîtres, seigneur Plagueis. Un seul. Soldat !"

Le soldat tourna la tête vers le sergent, inconscient à nouveau. Il abaissa le canon de son arme et tirer. Une seule fois. Le coup, quasiment immanquable vu la proximité entre eux, toucha le traître en pleine poitrine, le tuant presque aussitôt. Le stormtrooper recula, sans tourner le dos au muun, vers son supérieur. Il avait senti la tension monter d'un cran, bizarrement, bien que la voix du chiss resta parfaitement égale.

"Je ne sais comment on gère cela dans votre ordre mais personnellement, je récompense la loyauté et j'élimine les traîtres. Si je devais les épargner, ce ne serait que le temps de trouver d'autres traîtres."

Le soldat nota que l'amiral permit d'un geste aux droïds de récupérer le corps, si le scientifique désirait encore l'emmener. Ce soldat avait du respect pour l'amiral, qui ne tuait pas ses hommes pour la moindre erreur et récompensait les méritants. Il le savait capable de se montrer impitoyable quand il le fallait, comme maintenant. L'humain n'aimait pas beaucoup les non-humains : Thrawn était une exception pour lui, un individu qu'il suivrait jusqu'à la mort.

_________________

Le Chimaera
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Halte à Coruscant [PV Thrawn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une halte dangereuse [pv Misto]
» Parlementaires halte-là! / JER
» Séjour à l'hôpital d'Iziz
» Les Portes de la Moria
» Plus rien, ni personne. (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Coeur de la Force :: Monde du Noyau :: Coruscant :: Sénat-
Sauter vers: