AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Piégés sur la planète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Piégés sur la planète   Jeu 16 Nov - 9:56

Le choc avait été très conséquent, même s’il avait eu une chance inouïe d’atterrir dans un lac et de ne pas s’écraser directement dans la forêt autour. Lorsque Anakin rouvrit les yeux en grimaçant, il porta une main à sa tête en rouvrant d’abord un regard légèrement glauque, sans reconnaître tout de suite où il était. Première bonne nouvelle, pas dans une cellule de destroyer Impérial, mais dans un vaisseau plus petit et classique. Un vaisseau qui fit une brusque embardée et qui lui fit prendre conscience qu’il était dans un siège et sanglé. Qui… Il finit par reconnaître Larin, de dos, installée au poste de pilotage, puis les paysages d’Alderaan par les hublots. La mémoire lui revint d’un bloc, il s’était écrasé sur la planète après un tir impérial et Larin avait dû le suivre et l’empêcher de se noyer. Même s’il ne comprenait pas pourquoi elle ne l’avait pas se laisser se noyer, tout simplement, surtout elle qui avait connu l’époque de l’Ordre 66, ce n’était pas le moment de poser des questions. Il se détacha vivement du siège lorsqu’une alerte se mit à clignoter et hurler en boucle, les générateurs de boucliers étaient endommagés par les tirs.

Dans tous les vaisseaux, on trouvait les outils et boîtes de secours aux mêmes endroits, il ne perdit donc pas temps à ouvrir les coins habituels pour trouver ce qu'il fallait, puis se mit à genoux pour ouvrir le poste et voir ce qu'il pouvait faire. Sans boucliers actifs, autant dire que le petit vaisseau allait se faire pulvériser en plein vol, même si Larin continuait de slalomer comme ça entre les tirs. Il enleva vite fait un fil brisé puis bricola une dérivation, pour redonner de la puissance aux générateurs. Une solution de secours bancale mais qui eut le mérite de réactiver une bonne partie des boucliers. Le tir suivant du chasseur TIE ripa dessus, les secoua, mais en put ainsi pas détruire le vaisseau. Ils n'étaient pas très loin de la vielle, pour peu que Tarkin décidait de leur envoyer encore d'autres dès l'instant... Voyons, Alderaan, où pourraient-ils se poser discrètement ? Il se releva puis se rendit à un autre écran de contrôle, cherchant assez vite une carte holographique de la région où ils se trouvaient, avant de l'envoyer sur le poste de Larin.

– Dans cette forêt-là, on peut facilement y disparaître et cacher le vaisseau.

Et surtout tâcher de se faire oublier quelques jours, rejoindre les autres puis trouver un moyen discret de quitter la planète. Il demanda à Larin si elle avait un poste de tir, sur ce vaisseau, ou n'importe quoi qu'il puisse faire pour ralentir leurs poursuivants.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 60
Comptes : Thrawn, Vincent Santel, Julia Démétriès, Meetra Surik
Espèce : Chiss
Âge rp : 50 ans, équivalence humaine : 25 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Piégés sur la planète   Jeu 16 Nov - 20:31

Décidément, ils voulaient vraiment attraper Anakin, ou le tuer allez savoir. En tout cas, lorsque j'émergeais du lac, c'était pour tomber sur une escadrille de Tie et un transport de troupe. Ce dernier était peu dangereux : il ne pouvait me rattraper mais les chasseurs.. je ne pus les semer et ils m'empêchaient de prendre de l'altitude, où je serais plus vulnérable à leurs assauts. Je me mis donc à filer en rase-motte, volant à une quinzaine de mètre au-dessus du sol.

Les boucliers arrièrent furent rudement touché par les premières salves puis les suivantes finirent de le mettre hors service. C'est bien notre vaine. Je fis un tonneau, virant presque à angle droit en même temps. Cette petite manoeuvre me permit de distancer les rapides impériaux, même si c'était provisoire. J'entendis du bruit dans mon dos : visiblement l'apprenti d'Obi-wan avait reprit conscience et était en train de bricoler. Et c'était efficace : il remit les boucliers en marchent en quelques instants, quoi que la puissance était loin d'être optimale. Enfin, mieux vaut un peu que rien.


"– Dans cette forêt-là, on peut facilement y disparaître et cacher le vaisseau.

"L'empire ne se privera pas de bombarder cette forêt pour nous retrouver. J'ai une meilleure idée ! Accroche-toi !"

Je lui laissais trois secondes, entamant un tonneau pour éviter un arbre. J'approchais de ma destination, qui se trouvait derrière la "cachette" proposée. Je souris en l'entendant me demander si j'avais un poste de tir. Je me contentais de secouer la tête : j'étais un peu trop occupée pour lui indiquer la position des tourelles. Toutefois, je lui mentionnais juste #Salon, droite." pour lui dire de regarder le couloir de droite du salon.

Je vis le voyant des boucliers repasser dans le rouge et je sentis quelques chocs sur l'arrière du vaisseau mais rien de "trop" grave. Heureusement, je pouvais voir la grande surface miroitante devant nous, celle que j'avais aperçue dans notre descente : un océan. Il ne fallut qu'une minute pour franchir cette distance, une longue minute avant qu'on ne survole une eau moyennement calme et avant que je ne puisse avoir assez de profondeur pour me glisser à l'intérieur, m'enfonçant dans les profondeurs jusqu'à suivre le fond, jusqu'à être à une centaine de mètre. Là, je posais, en soupirant de relâchement, de fatigue un peu aussi, mon vaisseau sur le fond marin, doucement. On avait gagné un répit : l'Empire avait peu de bâtiment aquatique.


"Bon, on va pouvoir se déplacer sans être repéré, tant qu'on ne fait pas surface. Par contre, je crois qu'ils ont touché l'hyperdrive, tu pourrais jeter un oeil ?"

Oubliant la fatigue, car me lier aussi longtemps avec la Force était toujours un peu épuisant, sans compter la tension de la bataille, je vérifiais depuis le poste de pilotage l'état du Poisson Volant : l'armement était ok, il me restait juste une salve de torpilles, les boucliers... très moyen. La coque avait l'air d'aller bien elle aussi : un voyant se serait allumé en cas de fuite. J'imagine qu'il faudra, par contre, refaire la peinture et s'occuper des endroits touchés. Niveau oxygène, on pouvait rester facilement une semaine sous l'eau, même si je pense qu'il faudra bien aller à la surface pour contacter le groupe au sol.

Cela fait, je me levais pour rejoindre Anakin aux machines, histoire de voir s'il avait un plan car moi, là, je séchais. On venait de se prendre une jolie raclée et le pire, c'est que je ne pouvais m'empêcher d'estimer que cela aurait été pire si Mitth'Raw'Nuruodo y avait partiicpé !


"On devrait pouvoir rester encore dix minutes ici mais il va falloir se déplacer, avant qu'ils ne nous trouvent. Cela nous laisse le temps de décider quoi faire."

_________________

Mon vaisseau :
Le Poisson Volant
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Piégés sur la planète   Sam 18 Nov - 16:49

– L'empire ne se privera pas de bombarder cette forêt pour nous retrouver. J'ai une meilleure idée ! Accroche-toi !

Il s'agrippa aussitôt à ce qu'il pouvait avant qu'elle ne s'embarque dans une autre manœuvre, renversant le vaisseau dans un tonneau contrôlé puis filant plus loin entre les arbres. Il se rendit aussi vite qu'elle put vers le couloir qu'elle lui indiqua puis s'arrêta en voyant l'alarme repasser au rouge, en plus d'un nouveau choc. Revenant vers le poste de contrôle, il le rouvrit pour s'occuper d'abord de l'urgence, pour les boucliers, coincé un outil entre ses dents le temps d'arracher deux fils et de les reconnecter ailleurs pour forcer l'alimentation prioritaire des boucliers, avant de les fixer. Quelques instants plus tard, une nouvelle sensation secoua le vaisseau puis la lumière naturelle disparut lorsqu'ils pénétrèrent dans un lac ou dans la mère, laissant juste place aux lumières du vaisseau. Dans d'autres circonstances, il y aurait eu de quoi être admiratif de ce genre d'environnement mais ici, se soucier de l'état global de la navette était plus alarmant. Le système de communication avait pris un coup, il n'était pas entièrement démoli, mais il faudrait revoir ça. Les boucliers avaient soufferts, dans l'affaire, mais ce n'était pas irrécupérable. Ani pinça un peu les lèvres puis fouilla l'autre placard pour trouver des outils un peu plus fins et utiles, trouvant une boîte au moment où Larin se posait dans le fond. S'il s'était déjà entraîné à bricoler n'importe quoi avec trois bouts de ferraille et un tournevis, ça ne donnait quand même pas la même qualité que lorsqu'on avait de vrais outils. Ce qu'il avait appris en tant qu'esclave sur Tatooine lui servait parfois plus que sa formation de Jedi.

– Bon, on va pouvoir se déplacer sans être repérés, tant qu'on ne fait pas surface. Par contre, je crois qu'ils ont touché l'hyperdrive, tu pourrais jeter un œil ?

– Oui.

Il rassembla ce dont il avait besoin puis se releva, enlevant son manteau léger et encore trompé avant de descendre à "pièce" où se trouvaient les machines. Il se glissa dans un des petit sas pour défaire tout d'abord les coques et protections et avoir accès au coeur du système, posant le reste sur le sol, qui lui arrivait à la taille. Après autant de salves, ce n'était quand même pas mal, le vaisseau n'était pas dans un état général affreux, ils pourront repartir s'ils en avaient l'occasion. Tout en commençant à s'occuper de la réparation, il repensa à cette sale impression qu'il avait eu, au coeur de la bataille, et au malaise qui continuait de l'étreindre. Maintenant plus proche, c'était devenu plus simple, et ce qu'il ressentait ne lui plaisait pas. Enfin... Mettons que ça pourrait être pire. L'Empire avait remporté la bataille, des pilotes avaient fui, la Confédération et leurs alliés d'Onderon s'étaient eux aussi pris une raclée et le blocus n'avait qu'à peine été percé. Il lança un bref coup d'oeil par-dessus son épaule lorsque Larin descendit à son tour, puis le reporta sur les connecteurs qu'il était occupé à souder.

– On devrait pouvoir rester encore dix minutes ici mais il va falloir se déplacer, avant qu'ils ne nous trouvent. Cela nous laisse le temps de décider quoi faire.

– Les autres vont sûrement rejoindre les grottes, ou bien se cacher chez un des habitants, si le sénateur Organa est avec eux. Il faut d'abord les contacter, en s'assurant que la ligne ne puisse pas être interceptée ou brouillée...

Il interrompit son geste pour tirer une autre plaque de sa main valide et vérifier l'état du système de communication en question, marmonnant pour lui-même entre ses dents les deux ou trois ajustement à y apporter, puis revint se centrer sur ce qu'il faisait. Il pouvait tâcher de faire ce qu'il fallait aussi vite que possible, quitte à ce que Larin les emmène en "vadrouille" dans la mer pendant ce temps et éviter qu'on ne les repère. Il faudra bien sortir, de toute façon, à la surface tôt ou tard.

– Luke a été blessé ou empoisonné, pour les autres, je ne peux pas préjuger de leur état. On est obligés d'attendre au moins la nuit avant de tenter la surface, Tarkin va redéployer ses forces à terre après ce qu'il a mis en orbite. Sinon, je peux aussi faire diversion de mon côté le temps que tu files rejoindre les autres.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 60
Comptes : Thrawn, Vincent Santel, Julia Démétriès, Meetra Surik
Espèce : Chiss
Âge rp : 50 ans, équivalence humaine : 25 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Piégés sur la planète   Jeu 23 Nov - 17:34

– Les autres vont sûrement rejoindre les grottes, ou bien se cacher chez un des habitants, si le sénateur Organa est avec eux. Il faut d'abord les contacter, en s'assurant que la ligne ne puisse pas être interceptée ou brouillée...

C'était assez juste comme raisonnement. Quoi que je pense que le peuple de cette planète les aidera que Bail Organa soit avec eux ou non. Les alderaaniens sont assez indépendants d'esprits et leur pacifisme ne peut que les opposer à l'empire. C'est à se demander depuis combien de temps ils luttent contre lui, d'ailleurs. Probablement dès le début.

– Luke a été blessé ou empoisonné, pour les autres, je ne peux pas préjuger de leur état. On est obligés d'attendre au moins la nuit avant de tenter la surface, Tarkin va redéployer ses forces à terre après ce qu'il a mis en orbite. Sinon, je peux aussi faire diversion de mon côté le temps que tu files rejoindre les autres

Je secouais la tête. Renforcer la présence impériale au sol était effectivement l'une des réactions logiques à faire, surtout avec la présence des troupes droids de la confédération. Cela dit, il y avait d'autres choses à gérer aussi.

"Si diversion il y a, ce sera plutôt à moi de la faire. Sur un monde humain, tu passeras plus discrètement qu'une chiss, mon cher. Sans compter que si tu te fais repérer, Tarkin serait capable de simplement ordonner à ses destroyers d'ouvrir le feu : moi il me voudra vivante."

Enfin, s'il estimait que je savais où se trouve l'ex vador. Après, j'y passerais surement : il ne doit pas beaucoup aimer les chiss. Je fis un petit sourire en me disant qu'il ne doit pas beaucoup aimer mon cousin, en tout cas. Thrawn a des choses pour lui que le grand Moff n'a pas.

"Il faudra nous approcher de la capitale, de toute façon. On pourra laisser le Poisson Volant près de la côte, non loin, et nous rendre au profit de la nuit en ville. Luke est un de tes descendants, non ? Alors on utilisera ce lien : il te permettra de te conduire à lui."

Ce qui était une raison de plus pour que ce soit lui qui aille à eux, si nous devions nous séparer : avec l'aide de la Force, il les retrouvera plus vite que je ne pourrais jamais le faire. cela dit, il faudra trouver un moyen de transport pour quitter cette planète. Peut-être, avec le poisson.. tout dépendra de l'état du moteur.

"Comment est l'hyperdrive ?"

_________________

Mon vaisseau :
Le Poisson Volant
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Piégés sur la planète   Dim 26 Nov - 22:16

– Si diversion il y a, ce sera plutôt à moi de la faire. Sur un monde humain, tu passeras plus discrètement qu'une chiss, mon cher. Sans compter que si tu te fais repérer, Tarkin serait capable de simplement ordonner à ses destroyers d'ouvrir le feu : moi il me voudra vivante.

Ou pas, qui pourrait être sûr de ça ? Il pouvait aussi bien vouloir la capturer pour la faire parler que de se contenter de lui envoyer un missile sur la figure. Ce type détestait tous les non-humains, même encore plus que l’Empereur, pas la peine de s’attendre à ne serait-ce qu’une once de patience. Il lui jeta un un bref regard puis le reporta sur l’hyperdrive, coinçant le tournevis entre ses dents le temps pour se pencher et écarter des gros fils de ses mains pour se frayer un petit accès. Un des tirs de blasters avait percé violemment la coque de protection et provoqué une fuite, toute à l’heure, mais rien d’irrémédiable. Il s’était déjà occupé de travaux plus compliqués sur Tatooine ou lors de missions avec son maître. Un jour, alors qu’ils étaient en mission sr un monde complètement oublié de tous et plongé dans une guerre qui durait depuis des générations, il avait dû bricoler en urgence de petits et rapides moyens de transports, avant de retrouver Obi-Wan. Ce qui était bien, avec les machines, c’est qu’on ne risquait pas d’être déçu ni rejeté, on pouvait toujours faire confiance aux droïdes, une fois bien programmés.

– Il faudra nous approcher de la capitale, de toute façon. On pourra laisser le Poisson Volant près de la côte, non loin, et nous rendre au profit de la nuit en ville. Luke est un de tes descendants, non ? Alors on utilisera ce lien : il te permettra de te conduire à lui.

Oui… Ce sera plus rapide comme ça, et pour une fois que ce lien familial servira à autre chose qu’à attirer des critiques ou des ennuis… Il hocha la tête sans rien dire, sur le coup, occupé à réparer l’hyperdrive. Il doutait que les autres soient restés en ville après ce carnage, et même si c’était le cas, ils se déplaceront sûrement eux aussi dès la nuit tombée. Revan était avec l’autre groupe, un point qui rassurait beaucoup Anakin. Lorsqu’il était revenu dans cette époque et avait retrouvé les autres Jedis, Revan lui avait pas mal parlé, sans qu’il ne comprenne vraiment d’où lui était venu l’envie, et il l’appréciait bien. Principalement parce que le maître Jedi était capable de comprendre ce qu’on ressentait en étant tiraillé entre les deux côtés de la Force et parce que lui aussi s’était marié et ne se cachait pas de cette relation. Lors de leurs quelques conversations, le jeune homme avait souvent été soulagé, ou plutôt réconforté, de pouvoir discuter à cœur ouvert avec quelqu’un pouvant tout comprendre si facilement. Il tâtonna un bref instant vers la boîte puis fouilla dedans, pour en tirer un petit appareil à souder.

– Comment est l'hyperdrive ?

– Bientôt prêt à l’emploi. L’autre groupe va sûrement bouger aussi, avec la nuit. Je pense pouvoir les retrouver vite, oui, mes enfants sont avec eux. Et je voulais te dire, merci pour ce que tu as fait, tu n’étais pas obligée.


Et il aurait aussi été bien plus logique qu’elle se contente de le laisser se noyer… Elle répondrait “Pas des façons de faire pour les jedis”, s’il ajoutait ça, il ne dit donc plus rien et se concentra sur la réparation complète de l’hyperdrive. Dès que ce fut terminé, il retourna ensuite s’occuper des boucliers et des générateurs d’énergie, faire un travail plus propqre que ce qu’il avait pu produire dans l’urgence, auparavant. Comme à chaque fois, cette activité le rendit considérablement plus serein, méditant tout en travaillant, il agissait toujours comme ça lorsqu’il sentait qu’il perdait le contrôle de ses nerfs. Comme ils avaient quelques heures devant eux avant la tombée de la nuit, il prit le soin d eréparer tout ce qu’il trouva à faire et améliora aussi le système de communications. Le soir venu, il arrêta enfin de fouiner dans tous le sfils, contrôleurs, soude, etc., puis se posa dans un coin. Il se lia avec la Force, assis en tailleur les yeux fermés, se laissant guider pour retrouver Luke et Leia. Il sentait que sa fille était très agitée, une part sombre planait sur elle… Quant à Luke, il était affaibli, malade, ce n’était pas bon du tout.

Avant qu’ils ne se rapprochent et ne laissent le vaisseau, il alla demander à Larin si elle avait quelque chose ici pour des soins de base ou des plantes, Anakin soupçonnant vraiment l’empoisonnement, maintenant, sachant qu’ils avaient eu affaire à ce dingue de Plagueis. Ensuite, il fut temps de sortir, à la faveur de la nuit...


-----
Dés : 18, pour la sortie inaperçus.

Désolé Larin....
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 60
Comptes : Thrawn, Vincent Santel, Julia Démétriès, Meetra Surik
Espèce : Chiss
Âge rp : 50 ans, équivalence humaine : 25 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Piégés sur la planète   Lun 27 Nov - 17:20

Nous avions laissé le vaisseau sous une dizaine de mètres d'eau, utilisant le sas étanche pour en sortir. Ainsi, il était peu visible. Et puis, qui serait assez idiot pour cacher un vaisseau sous l'eau, hein ? Enfin, il ne risquait rien, vu son origine mon calamarienne. Je suivis Anakin en ville, après avoir mis des vêtements secs. Je lui avais confié la trousse de premiers soins de mon vaisseau. Je portais une tenue passe-partout, pantalon noir et haut gris, avec une cape dont la capuche était rabattue sur ma tête.

Entrer dans la capitale se révéla facile, vu l'absence de muraille. Il fallait dire, aussi, que l'Empire avait user de la force pour combattre les confédérés : une partie de la ville était en ruine. On pouvait voir les décombres et imaginer le nombre de morts causé par une bataille qui n'était pas prévue, des gens surpris chez eux, terrifiés peut-être. Cela n'avait rien à voir avec ce que nous étions venus faire ici.

Anakin ouvrait la marche, son lien censé nous guider vers les autres. Nous devions longer la ville, leur cachette devant, forcément, être proche. C'est au-détour d'une ruine que les ennuis apparurent, sous la forme d'un droïd confédéré. Celui-ci n'était plus très vif mais mon camarade se prit, sans le vouloir, les pieds dans les cables qui traînaient au sol. Il tira donc dessus, faisant chuter les restes robotiques au sol, dans un bruit assez audible dans le silence nocturne. Nous entendîmes aussi des bruits, des voix. Une patrouille n'était pas loin. Je retins un soupir et je poussais Anakin dans une ruelle sombre, me tournant vers les arrivants.


"Je te contacte si je peux vous rejoindre sans risque. Partez sans moi sinon."

Dis-je rapidement. Les soldats ne réfléchirent pas : ils ouvrèrent le feu en me voyant. J'allumais mon sabre juste à temps pour parer leurs tirs, illuminant la zone d'une lueur jaune.  Toutefois, il n'était pas question que je reste là : je devais les éloigner de mon camarade ! Aussi utilisais-je la Force pour faire un bond, qui m'amena sur le toit des ruines, que j'utilisais pour fuir, laissant mon sabre visible pour que les impériaux me suivent. J'imagine qu'ils devaient appeler des renforts alors que je sautais de toit en toit. Après une dizaine de minutes, je coupais ma lame, sautant dans une ruelle avant de commencer sérieusement à les semer, profitant de ma vision nocturne pour me déplacer sans lumière.

[jed de dé : c'est pas mon jour ]

_________________

Mon vaisseau :
Le Poisson Volant
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Piégés sur la planète   Mer 29 Nov - 12:08

L’Empire n’avait décidément aucun scrupule à bombarder une planète pacifique… Le jeune homme était dégoûté et affligé de voir ça, ils avaient bombardé une partie de la ville pour lutter contre un seul groupe restreint et tué tant de civils ! Il secoua la tête en passant la main au passage sur un mur démoli, voyant l’intérieur d’une maison ensevelie sous les ruines. Où étaient passés les habitants ? Si le sénateur Organa avait survécu, il avait dû s’arranger pour les faire tous se rassembler dans des endroits sûrs. Peut-être dans les montagnes et forêts, s’ils n’avaient pas d’abris prévus pour parer à ce genre d’attaque. Ils contournaient la ville et ses ruines lorsqu’un faible bip résonna près d’eux, assez fort dans cette ville avec des air de tombeau à ciel ouvert. Un droïde, ou plutôt ce qu’il en restait, faisait clignoter ses capteurs avec irrégularité. Ani allait le contourner lorsqu’il sentit tout à coup une brève résistance puis grimaça lorsqu’il comprit qu’il avait tiré sur des câbles, le tout faisant chuter à la fois le droïde et des bouts de ferraille placés en équilibre fragile. Et merde ! Aussitôt, d’autres bruits de pas et de voix résonnèrent plus loin. Il prenait son sabre lorsqu’il sentit une main le pousser dans le dos, vers une ruelle. Ça semblait un peu tard pour se cacher.

– Je te contacte si je peux vous rejoindre sans risque. Partez sans moi sinon.

Mais bien sûr ! Elle rêvait debout ! Et tout sauf crédible lorsqu’on venait soi-même de refuser d’abandonner les autres. Les gardes ouvrirent aussitôt le feu dès lors qu’ils approchèrent, sans même prendre une petite seconde pour vérifier qu’elle n’était pas leur ennemie. Larin activa son sabre pour parer puis sauta sur le toit et prit la fuite, aussitôt suivie par les soldats. Et elle s’imaginait qu’il allait rester sans rien faire, des clous. Il prit un autre chemin pour ne pas se faire repérer, suivant la direction prise par Larin. Une seconde patrouille avait rejoint la première dans la traque, très bien, ça, le secteur sera beaucoup plus tranquille après ! Il attendit que tous soient à peu près réunis, avec leur attirail, puis se jeta sur leur chemin avant qu’ils ne recommencent à tirer sur la Chiss. Parant quelques tirs, il frappa d’une poussée de Force deux soldats sur le côté puis combattit les autres directement au sabre, parfois avec la Force, pour leur libérer le chemin. Quelques instants plus tard, la voie était de nouveau libre et il lança un regard vers Larin.

– Partir en te laissant comme ça, hein ? Tu rêves.

Il désactiva son sabre pour le moment puis se concentra de nouveau sur la Force, se laissant guider vers la voie qu’elle leur indiquait. La première chose fut de s’éloigner très vite de la zone où s’était produit l’incident… Au bout d’un assez long moment, il s’arrêta avec un froncement de sourcils, ce qu’il ressentait chez Leia… Elle n’avait quand même pas… Non ! Il redressa la tête et rouvrit les yeux, les dents serrées. Ce n’était pas possible, elle ne pouvait pas… Elle était rebelle. Une des leaders, même. Que s’était-il passé exactement ? Ani accéléra le pas, quittant la ville pour en arriver à sa « banlieue » puis passant dans de ce qui semblait être un ancien petit village, rattaché à la ville maintenant. Il ressentait la présence de beaucoup de personnes, maintenant, ce devait être l’un des endroits où les habitants de la ville s’étaient réfugiés pour fuir les bombardements. Anakin contourna l’endroit, s’enfonçant plus loin dans la forêt avant d’arriver à l’entrée d’une grotte souterraine. Après avoir descendu un long escalier taillé dans le roc, il trouva encore un autre groupe d’habitants, plus nombreux et plus revendicatifs. Mais aussi quelques silhouettes familières.

– Revan ?

Pour le coup, il était vraiment soulagé de le voir, ils allaient enfin savoir ce qui avait bien pu se passer ! Ani jeta un bref regard aux personnes rassemblés autour de Bail Organa et plongées dans de vives discussions, rejoignant Revan, puis les autres, tous rassemblés ici. Son cœur se serra lorsqu’il vit aussi Luke, allongé par terre et visiblement au plus mal. Il fila s’agenouiller à côté de lui et posa une main sur son front, la peur le prenant au ventre en le voyant aussi pâle.

– Que s’est-il passé, exactement ?


__

Dés : 1, lien
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Piégés sur la planète   Ven 1 Déc - 12:27

Ça semblait bien parti pour durer un long moment, tels qu’ils en étaient là. Le Grand Moff avait ordonné de bombarder la ville et ses alentours pour écraser à la fois leur groupe et les pauvres gars qui avaient réussi à atterrir, en démolissant une partie de la cité au passage, chassant des centaines d’habitants de chez eux. Des groupes s’étaient répartis dans les différentes caches autour de la ville, sous la conduite des Rebelles et sympathisants, depuis la mi-journée, et d’autres arrivaient encore alors que la nuit était tombée depuis un petit moment. Bail Organa et sa fille étaient pas mal occupés, entre les efforts pour rassurer la population, organiser les secours nécessaires, soigner les blessés qui s’étaient retrouvés sous les bombes, trouver des plans pour contrer le blocus, appeler à l’aide… Leur groupe avait pu quitter les cavernes mais ils étaient toujours coincés pour autant. Seule bonne nouvelle, si on pouvait dire, Mara avait pu avoir le soutien des habitants pour trouver des plantes et médicaments, et tentait de fabriquer un contrepoison efficace, ou du moins, une antidote qui pourra ralentir les effets du cocktail de Plagueis.

Ils étaient actuellement dans une autre grotte souterraine, dont l’accès se faisait par la forêt puis un long et tortueux escalier de pierre, avec les Organa et pas mal d’habitants ayant perdus leurs maisons. Revan lança un long regard à tout ce beau monde puis revint vers le petit groupe commando, s’asseyant à côté de Bastila puis enlevant enfin son masque. La nuit allait être longue… De ce qu’ils en savaient, ce n’était pas pour demain la veille que le blocus allait être ôté, donc soient ils piquaient une navette impériale pour se sortir de là, soit ils arrivaient à prendre contact avec les Jedis ou la Rébellion pour qu’ils les aident à traverser le blocus dans l’autre sens. Pas gagné, le dernier message reçu de Julia avait de quoi inquiéter, ce n’était pas bon lorsqu’on était forcé comme ça de se retirer. Il croisa les bras en s’appuyant contre la paroi derrière, s’obligeant à se détendre un peu pour mieux réfléchir. Les yeux fermés, il dû somnoler un peu, des images éparses lui envahissant l’esprit. Guerres, Mandoloriens en pleine attaque, le Conseil Jedi, Alek… Il finit par se secouer et se lever de nouveau, rageant un peu de n’avoir, pour le moment, aucune solution valable.

– Revan ?

– Mmh ?


Anakin ? Qu’est-ce qu’il fichait ici, il était censé avoir fui l’Empire avec tous les autres ! Ou bien il avait loupé un autre épisode. Revan s’écarta pour le laisser courir s’agenouiller près de son fils, puis salua d’un signe de tête la femme Chiss qui l’accompagnait, une autre Jedi qu’il n’avait encore jamais rencontré. Bonjour, ravi, coincée ici vous aussi, bienvenue au club.

– Que s’est-il passé, exactement ?

– Il se passe que ton fils est encore plus suicidaire que toi et je n’aurai pas cru le dire un jour. En résumé, il a voulu détourner l’attention de Plagueis de sa sœur et a parfaitement réussi. Un peu trop bien, le Muun s’est énervé et lui a fait avaler un de ses poisons. Ta fille a tué Plagueis peu de temps après et a glissé vers le Côté Obscur. Mis à part ça, tout le monde va bien.


Et sa propre descendance était tout de même plus saine que celle de son confrère ici présent, voilà qui le prouvait encore. Revan soupira un peu en ajoutant que pour l’instant, ils étaient coincés ici mais qu’ils allaient vite trouver une solution.

– Et vous êtes, demoiselle ? demanda-t-il en se tournant vers la Jedi bleutée. Comment se fait-il que vous soyez ici, vous vous êtes crashés ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 60
Comptes : Thrawn, Vincent Santel, Julia Démétriès, Meetra Surik
Espèce : Chiss
Âge rp : 50 ans, équivalence humaine : 25 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Piégés sur la planète   Ven 1 Déc - 16:24

Je pouvais compter, au bruit, au moins deux escouades de stormtroopers en train de m'encercler. La situation était critique mais l'important était qu'Anakin s'en soit sorti. Enfin, c'est ce que je croyais mais le bruit d'un sabre laser s'allumant me fit aussitôt soupirer. Mais quel... J'allumais ma propre arme, rejoignant l'humain stupide dans son combat contre les impériaux, bien qu'il n'en ait nul besoin. Débordé, les soldats préférèrent ne pas se lancer à notre poursuite, ayant perdu plusieurs des leurs sous les mains du jedi et les miennes, hélas.

– Partir en te laissant comme ça, hein ? Tu rêves.

"On en reparlera."

Lui répondis-je en courant, mon arme jedi de retour à ma ceinture. Je le suivais alors qu'il semblait avoir repéré son fils avec la Force. Nous quittâmes la capitale pour entrer dans une banlieue, plus destinée à l'habitat qu'à autre chose, je dirais. Enfin, je pouvais quand même sentir les changements d'humeur chez Anakin : l'inquiétude y avait une grande part. On finit par entrer dans une grotte sombre, après avoir franchit une forêt pendant un moment. J'allumais la fonction lampe de mon bracelet pour Anakin, et un peu pour moi aussi : la vision nocturne demande quand même un minimum de lumière.

L'escalier que nous descendîmes nous amena dans une vaste grotte où des civils s'étaient installés, après avoir perdu leur demeure probablement. Anakin s'arrêta devant une silhouette, une personne de grande taille portant un masque mandalorien. Revan ? Je le connaissais peu, sachant juste qu'il faisait parti de ceux amené du passé par la Force.


– Que s’est-il passé, exactement ?

– Il se passe que ton fils est encore plus suicidaire que toi et je n’aurai pas cru le dire un jour. En résumé, il a voulu détourner l’attention de Plagueis de sa sœur et a parfaitement réussi. Un peu trop bien, le Muun s’est énervé et lui a fait avaler un de ses poisons. Ta fille a tué Plagueis peu de temps après et a glissé vers le Côté Obscur. Mis à part ça, tout le monde va bien.

Et vous êtes, demoiselle ? Comment se fait-il que vous soyez ici, vous vous êtes crashés ?


"Un instant, maître, et je suis à vous."

En tout cas, ce Revan ne connaît pas le tact : il annonce les faits en vrac, sans soucis des sentiments de la personne. En plus, il annonçait comme ça, sans prendre en compte les oreilles des gens pas si loin que ça, que Anakin avait une fille, non formée en plus, dirait-on. Je posais donc une main sur la poitrine d'Anakin, pour l'empêcher de courir vers ses enfants et attirer son attention.

"Comprend bien, Anakin, que tu es trop important pour continuer à foncer dans le tas comme ça. Toi, ta famille, vous avez un rôle crucial, bien que je ne sache pas encore lequel, à jouer ! L'Ordre, la galaxie, ne peut pas se permettre de vous perdre ! Alors, la prochaine fois que je te dis de filer sans moi, tu files sans moi ! C'est dangereux, d'une part parce que nous avons failli nous faire capturer tous les deux au lieu de moi uniquement mais c'est aussi inquiétant car tu donnes l'impression de ne pas faire confiance aux autres ! N'oublie pas que je suis plus âgée que toi, même si nous avons débuté notre formation à peu près en même temps."

Je terminais en levant la main, lui faisant une pichenette sur le front. J'étais énervée mais mon éducation chiss et jedi m'avait permis de ne pas le laisser entendre dans ma voix. Bon, quelqu'un me connaissant saurait dans quel état je suis : je n'ai pas pour habitude d'engueuler une personne. Je fis un petit sourire, tout de même, en terminant plus doucement.

"Tout ne repose pas uniquement sur tes épaules. Laisse les autres porter leur poids, eux-aussi."

Je soupirais un peu, me calmant en un souffle, grâce à une technique jedi que l'on nous enseigne très jeune, bien que tout le monde ne sache pas l'utiliser, ou ne le fait pas, allez savoir. Je me tournais vers le second grand jedi, pourquoi d'ailleurs les jedi importants sont toujours grands ?

"Je suis le chevalier jedi Learel'Ari'Nuruodo mais vous pouvez m'appeler Larin. Et non, ce n'est pas moi qui me suis écrasée. Peut-être pourriez vous nous conduire aux autres ? Anakin a une trousse de premier soin avec lui."

_________________

Mon vaisseau :
Le Poisson Volant
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Piégés sur la planète   Lun 18 Déc - 16:21

– Un instant, maître, et je suis à vous.

Des comptes à régler, sans doute ? Il en eut la confirmation la seconde d’après, lorsque la demoiselle se mit à faire la leçon à Anakin. Ce qu’elle disait rappelait à Revan un point sur lequel il s’était déjà pas mal interrogé… De tous les Jedis revenus dans cette époque, dont ceux « déclarés » du moins, pas mal étaient de la même famille, soit celle de leur ancien Darth Vader. Il voudrait savoir pourquoi et c’était peut-être bien pour ce que soulignait cette femme, que cette famille avait un rôle à jouer. Mmh… Que ce soit ça ou non, Revan était en tout cas convaincu que cette famille allait causer des troubles, que ce soit en bien ou en mal. Il n’aimait déjà pas la tournure que prenait les événements. Luke semblait fermement entêté à vouloir défendre les autres quitte à y périr lui-même, quant à sa sœur, elle était très enflammée, passionnée, colérique, incapable de lâcher la pression. Ils se construisaient en antithèse l’un de l’autre, alors de là à croire qu’ils finiront fatalement par devoir s’affronter… Il croisa les bras en songeant à la suite, ce qu’ils feront une fois loin de cette planète. Lui-même comptait rejoindre une des flottes Rebelles pour combattre, sans doute celle de Julia, et Bastila comptait l’accompagner. La petite Togruta aussi, sans aucun doute, elle avait déjà affiché son allégeance à l’Alliance Rebelle. Au moins pouvaient-ils tous surveiller la princesse si elle dérapait un peu trop vers le Côté Obscur.

– C'est dangereux, d'une part parce que nous avons failli nous faire capturer tous les deux au lieu de moi uniquement mais c'est aussi inquiétant car tu donnes l'impression de ne pas faire confiance aux autres ! N'oublie pas que je suis plus âgée que toi, même si nous avons débuté notre formation à peu près en même temps.

Il se demandait si elle vraiment énervée et se contenait ou si elle arrivait à garder pleinement son sang-froid, difficile de savoir. Il savait par expérience qu'il était compliqué de garder son calme éternellement face à des personnes trop bornées, ayant bien vu lui-même à quel point il pouvait parfois, souvent, énerver les autres. Il la laissa tranquillement finir, jusqu'au moment où elle se retourna vers lui, son large sourire ironique dissimulé sous son masque. Ici, ils pouvaient bien s'agiter un peu, c'était dehors qu'il fallait être prudent. Revan attendait juste le feu vert d'un des éclaireurs avant de repartir avec Bastila pour faire du repérage et débuter la préparation de leur évasion de cette planète.

– Je suis le chevalier jedi Learel'Ari'Nuruodo mais vous pouvez m'appeler Larin. Et non, ce n'est pas moi qui me suis écrasée. Peut-être pourriez-vous nous conduire aux autres ? Anakin a une trousse de premier soin avec lui.

– Ce n'est pas une trousse de premiers soins qui suffira, vu l'état du gamin.

Il les conduit voir les autres, rassemblés plus loin dans la grotte, laissant Ani voir son fils allongé par terre, à moitié conscient. Quelle idée, aussi, de provoquer un empoisonneur ! Revan expliqua rapidement à la Chiss ce qui était arrivé, plus précisément, le Muun voulait corrompre la princesse et/ou la faire souffrir, son frère avait voulu détourner son attention pour la protéger, et voilà le résultat, on ne savait pas trop quelle saloperie il lui avait fait avaler. A foncer dans le tas, aussi, enfin bon. Il fit signe à Bastila pour voir si elle était prête, en voyant à l'autre bout de la grotte l'éclaireur revenir.

– On va partir faire du repérage et préparer le départ de la planète, on revient dans quelques heures. Tâche de ne rien faire de stupide d'ici-là, Anakin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Piégés sur la planète   Jeu 21 Déc - 14:11

– Il se passe que ton fils est encore plus suicidaire que toi et je n’aurai pas cru le dire un jour. En résumé, il a voulu détourner l’attention de Plagueis de sa sœur et a parfaitement réussi. Un peu trop bien, le Muun s’est énervé et lui a fait avaler un de ses poisons. Ta fille a tué Plagueis peu de temps après et a glissé vers le Côté Obscur. Mis à part ça, tout le monde va bien.

Quoi… ? Leia avait… Il en resta bouche bée l’espace d’un instant, tournant la tête vers Leia avec l’horrible impression que l’Histoire se répétait en boucle, puis vers Luke. Il allait filer vers eux lorsqu’il stoppa net dans son mouvement avec le geste de Larin. Quoi, cette fois ?

– Comprend bien, Anakin, que tu es trop important pour continuer à foncer dans le tas comme ça. Toi, ta famille, vous avez un rôle crucial, bien que je ne sache pas encore lequel, à jouer ! L'Ordre, la galaxie, ne peut pas se permettre de vous perdre ! Alors, la prochaine fois que je te dis de filer sans moi, tu files sans moi ! C'est dangereux, d'une part parce que nous avons failli nous faire capturer tous les deux au lieu de moi uniquement mais c'est aussi inquiétant car tu donnes l'impression de ne pas faire confiance aux autres ! N'oublie pas que je suis plus âgée que toi, même si nous avons débuté notre formation à peu près en même temps.

Il allait répondre lorsqu’elle lui mit une pitchenette sur le front, comme s’il avait douze ans et se faisait crier dessus par ses parents après une bêtise. Il n’avait pas fait ça juste pour s’amuser mais simplement parce que laisser bien tranquillement quelqu’un partir comme ça avec toutes les chances de se faire capturer ou tuer, il trouvait cela stupide ! Combien de fois Obi-Wan lui avait-il déjà demandé ça ? S’il l’avait écouté, il l’aurait sans doute perdu depuis longtemps, alors Larin pouvait se mettre en colère ou râler sur ce sujet, il ne comptait pas laisser tomber qui que ce soit s’il pouvait faire quelque chose, et ce n’était pas parce qu’il n’avait pas confiance en les autres, juste parce qu’il ne supportait pas l’idée. Il se retint à grande-peine de lever les yeux au ciel, lorsqu’elle sourit ensuite. Un « grand rôle à jouer », hein, c’était vite dit. La dernière fois que des personnes avait cru ça, ça s’était terminé en massacre. Et ce n’est qu’à cet instant qu’il réalisa que la prophétie s’était bel et bien réalisée… Deux Siths auparavant, des centaines de Jedi. Puis, ensuite, deux Siths, deux Jedis. Parfaitement équilibré. Et aujourd’hui, tout était défait à nouveau.

– Tout ne repose pas uniquement sur tes épaules. Laisse les autres porter leur poids, eux-aussi.

D’accord, d’accord ! Il verra bien, la prochaine fois. Ce n’était pas la première fois non plus, cela dit, qu’on lui reprochait de foncer dans le tas sans réfléchir, Anakin était du genre… impulsif. De toute manière, lorsqu’il concevait un plan, ça ne fonctionnait que très rarement, alors que lorsqu’il improvisait, ça marchait souvent beaucoup mieux. C’était aussi une tactique, en soit, foncer d’abord puis réfléchir après. De toute façon, c’était Obi-Wan qui lui avait appris à procéder comme ça, lui aussi fonçait dans tous les pièges possibles et les situations à risque dès lors qu’il tombait dessus.

– Je suis le chevalier jedi Learel'Ari'Nuruodo mais vous pouvez m'appeler Larin. Et non, ce n'est pas moi qui me suis écrasée. Peut-être pourriez vous nous conduire aux autres ? Anakin a une trousse de premier soin avec lui.

– Ce n'est pas une trousse de premiers soins qui suffira, vu l'état du gamin.


Très rassurant, merci. Anakin leva légèrement les yeux au ciel puis le suivit, jetant au passage un long regard à Leia, occupée avec le vice-roi, sans aller la déranger. Étant donné leurs relations un peu houleuses, ce n’était pas le moment et il ne voulait pas déclencher une nouvelle dispute. Il essayera de lui parler plus tard… Quant à Luke, il était allongé par terre sur une couverture, avec maître Qui-Gon et Maât près de lui. Il les salua tous deux avant de s’agenouiller par terre, posant doucement la main sur la joue de son fils et cherchant à déterminer s’il les entendait ou était était trop comateux pour comprendre ce qui se passait autour de lui. Debout derrière, Revan leur expliqua plus précisément ce qui était arrivé, dans la cellule. Visiblement, Luke avait voulu détourner l’attention de Plagueis de sa sœur en le provoquant, ce qui avait conduit le Muun à le frapper puis l’empoisonner. C’est ce qu’on appelait foncer dans le tas sans réfléchir, ça aussi, non ? C’était de famille. Il secoua doucement la tête, très mal placé pour dire que c’était stupide et conscient qu’il aurait sans doute agi de la même manière, à la place de Luke. Il s’assit au sol un peu mieux, enlevant sa main pour prendre celle de son fils et la serrer un peu. Le plus dur, dans l’histoire, était qu’il avait non seulement perdu Padmé et la lumière, mais aussi raté tout ce qu’il aurait pu vivre en élevant ses enfants.

– On va partir faire du repérage et préparer le départ de la planète, on revient dans quelques heures. Tâche de ne rien faire de stupide d'ici-là, Anakin.

– Je ne fais non plus uniquement des trucs stupides, dans ma vie,
soupira-t-il.

Il sourit malgré tout, jetant un regard à Revan lorsqu’il repartit, avec Bastila, puis le reporta sur Luke. Il ne pouvait pas faire grand-chose, pour lui… Qui-Gon s’y connaissait en médecine, Maât aussi d’après ce qu’il constatait, mais ce n’était pas suffisant pour contrer ce genre de poisons. Il lui fallait une antidote, puis il devra se reposer. S’il arrivait à se reposer tranquillement, du moins, Ani se surprit à espérer qu’il tenait de sa mère, de ce côté-là. Plongé dans ses pensées, il songea au combat, à la façon dont les Rebelles s’étaient sauvés puis à l’annonce de Tarkin. Comment Palpatine avait-il appris qu’il était de retour dans ce monde, après sa mort en tant que Vador ? Pour une fois, il n’avait rien fait qui aurait pu trahir sa présence ni rien fait d’assez idiot pour ça. Combattre de nouveau aux côtés des Rebelles allait devenir impossible, leur réaction était assez claire, en revanche, il espérait que Kol ou même Luke n’allaient pas être impactés par ça, ils n’y étaient pour rien. Une certaine colère lui rongeait l’estomac, il ne voyait pas comment il pouvait bien prouver qu’il était digne de confiance si on ne lui laissait pas d’opportunités de le prouver. Et pour la suite ? Les Rebelles, c’était fini. Les Jedis… Il n’était pas certain que les rejoindre pour de bon soit une très bonne idée.

– Tu peux nous entendre ? demanda-t-il plus doucement en serrant la main de Luke.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 60
Comptes : Thrawn, Vincent Santel, Julia Démétriès, Meetra Surik
Espèce : Chiss
Âge rp : 50 ans, équivalence humaine : 25 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Piégés sur la planète   Sam 23 Déc - 16:15

Vu la tête de cette tête de mule, je pouvais certifier qu'il n'avait rien compris du tout. Il pouvait être exaspérant de croire qu'on ne pouvait s'en sortir sans lui, que tout tournait autour de lui... Mais comment en était-il venu à une telle arrogance, un tel égocentrisme ? Ne comprenait-il pas que c'est probablement cette partie de lui qui a causé sa chute ? Qu'il s'attachait trop ? Que ce que j'avais fait n'avait rien à voir avec ce qu'il avait fait ?

J'étais allée le sauver, certes, mais parce qu'il avait besoin d'aide. C'était un risque calculé, rationnel, pragmatique. Moi, je n'en avais pas besoin, pas voulu, quand je suis partie faire diversion. Son geste avait été à l'opposé de mes intentions, contre productif même. Non, décidément, il devait changer... avant que Palpatine n'envoie Thrawn pour le capturer. Lui saurait utiliser cette faiblesse en Anakin si facilement. Comme il avait capturé la princesse Organa si aisément. Thrawn.. une fois encore, je remerciais la Force qu'il ne fut pas présent lors de la bataille. Cette défaite aurait été un massacre... Il n'aurait laissé personne s'en échapper et je doute qu'il soit parti en sachant un groupe de rebelles au sol. Au contraire de Tarkin, il ne nous aurait pas offert de vrais choix.

Je secouais la tête, allant m'asseoir dans un coin. Je n'avais plus grande utilité, pour le moment, sinon monter la garde près de la sortie. Je fermis les yeux, laissant la Force amplifier mes sens afin "d'écouter" ce qui se passe à l'extérieur de la grotte. Je saurais si quelqu'un approche.


#~~ [terminé pour Larin, sauf si vous avez besoin d'elle]~~#

_________________

Mon vaisseau :
Le Poisson Volant
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Infos fermées
MessageSujet: Re: Piégés sur la planète   

Revenir en haut Aller en bas
 
Piégés sur la planète
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Bio peut nourir la planète
» Sommes nous trop nombreux pour notre planète ?
» [Deck] Bienvenue sur la planète la plus inhospitalière du système
» planète-napoléon
» Planète Révélations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Coeur de la Force :: Monde du Noyau :: Alderaan-
Sauter vers: