AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une Reine indéniable. Sauvons le peuple d'Ondéron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reine d'Ondéron
avatar
Messages : 128
Crédits : 158
Espèce : Humaine
Âge rp : 30 ans
Armes : 2 Blasters
Maître : /
Apprenti / Padawan : /
DC : John Wrys - Exar Kun
Infos fermées
MessageSujet: Une Reine indéniable. Sauvons le peuple d'Ondéron   Dim 4 Fév - 12:21

Une Reine indéniable.

Sauvons le peuple d'Ondéron


 

La solitude est le miroir de la conscience


 


 
 

Je venais de rejoindre mon vaisseau mère, le Dracarys. Rejoindre mon Amiral qui m'attendait. Je venais de sortir d'un Conseil très important avec mes alliés. Ce Conseil avait duré plusieurs heures, plusieurs heures de blabla, d'argumentations, de réflexion. Et au final, nous étions tous tombés d'accord sur plusieurs faits, et de cela une importante décision a été prit. Arrivant à bord du Dracarys, la première chose que je fis, fut de contacter mon Amiral. Je lui avais ordonné de nous m'être en relation directement avec Gaën et Leedra qui nous attendaient à Iziz. Le temps d'atteindre le pont et je pourrais commencer à leur annoncer la nouvelle. Bonne ou mauvaise, je ne savais quel titre donner de ce que je m'apprêtais à leur dire dans les prochaines minutes. Une partie de moi refusait de le faire, mais j'étais reine d'un peuple et je me devais me conduire en tant que Reine, en tant que Reine prête à tout pour protéger son peuple. Une fois arrivée sur le pont, je vis au loin Liran qui avait émit une réunion d'urgence. Je voyais à ses côtés l'hologramme de Gaën et de Leedra. Arrivant aux côtés de mon stratège, je saluais mon chef de mes armées ainsi que mon capitaine de ma garde personnelle. Mais je ne perdis pas une seule seconde, et leur fit un bilan très détaillé de ce qui s’était passé au Conseil. Concernant Ondéron, depuis mon accès au trône nous avions commis qu'une seule erreur, celle d'avoir prit part au conflit à Alderaan. Oui, malgré notre défaite, nous avions pu observer attentivement l'ennemi, nous avions pu voir leur force, leurs faiblesses, leur façon de combattre. Cependant, nous connaissions tous comment réagissait l'Empire. Dès que quelqu'un commettait l'erreur de se mettre sur leur chemin, s'en était fini.

Bien sûr, aucun d'entre nous ne savais ce que comptait faire l'Empire en ce moment même. Peut-être allait-il nous ignorer, nous considérer comme un petit enfant qui s'est égaré et s'est retrouvé par inadvertance sur un champ de bataille. Ou peut-être se préparait-il à nous rendre une visite. Ce que pensait actuellement l'Empire, aucun d'entre nous ne pouvait le dire. Mais nous avons décidé de prendre en considération les pires situations possibles. Et l'une d'entre elles serait que l'Empire vienne à Ondéron pour nous soumettre à leur volonté. Si j'étais à la place d'un des piliers de l'Empire, si j'avais leur esprit plus que tordu, jamais je n'aurais voulu laisser passer l’impertinence d'Ondéron à Aldéraan, de cela j'aurais commandité une attaque, voir même une invasion. Voilà la décision que j'aurais prise ou du moins soumise si j'aurais été une des leaders de l'Empire. Prenant en compte que nous ferions face aux pires situations, nous avons prit en compte tous les moyens que nous avons pensé à ce moment pour anticiper l'ennemi. Une fois encore rien ne nous dit que l'Empire agira ainsi, ce n'est que pure anticipation de notre part, et peut-être sommes nous parano, peut-être voyons nous trop le mal en eux. Cependant, j'avais longuement étudié ces dernières années l'histoire d'Ondéron. Et au cours des derniers millénaires, une chose que j'ai apprise, fut de ne jamais faire confiance à l'Empire. C'est ainsi que j'annonçais à mes hommes la décision qui a été prise.

- "Gaën ! Met moi en relation avec les habitants d'Ondéron par hologramme, retransmet leur notre communication. Le signal est sécurisé !"

Le temps que cette démarche se fasse, il fallait bien compter quelques minutes de préparation. Je m'étais assisse sur mon siège, prête à avertir mon peuple. Je savoir quoi leur dire, je savais ce que je faisais. Ma décision allait surement me porter préjudice auprès de mon peuple, mais même si cela devait être le cas, je m'étais résolue en assumer les conséquences. Je repensais à cette fameuse décision qui a été prise lors du Conseil. Étais-je suffisamment forte d'esprit pour supporter tout ce fardeau ? En tout cas, en aucun cas, je ne devais montrer la moindre défaillance envers mes lieutenants et encore moins envers mon peuple. Je me devais de rester une reine forte et déterminée. C'est alors que Gaën me fit sortir de mes pensées, me disant que la communication avec les citoyens d'Ondéron était effectuée.

- "Citoyens d'Ondéron, mon très cher peuple ! Je ne vais pas tourner autour du pot et encore moins vous mentir. Je ressors d'une réunion du Conseil de la Confédération. Et une décision a été prise. Il est fort probable que nous ayons attiré la foudre de l'Empire. En tant que dirigeante, en tant que votre reine, depuis mon accès au trône, je n’ai commis qu'une seule erreur. Celle d'avoir montré le retour d'Ondéron lors de la bataille d'Aldéraan, d'avoir montré qu'Ondéron était de retour en tant que monde libre et indépendant. Mais malheureusement je suis persuadée que l'Empire ne le l'entends pas de cette façon. Et j'ai surestimé la puissance et la force de cet ennemi. De cela, j'ai pris en compte que nous allons faire face aux pires situations. Et l'une d'entre elle est que l'Empire vienne à nous rapidement. Mais bien sûr, rien de nous dit que l'Empire viendra. Cela, n'est que pure anticipation de ma part. Mon devoir primordial est de tout faire pour vous protéger, et afin d'y arriver, j’emploierais tous les moyens que je jugerai nécessaire. J'ai envisagé le scénario dans lequel où nous ferons face à l'Empire. Et je me suis rendue à l'évidence qu'une victoire n'était pas envisageable. Il y a cinq ans, nos forces vous ont délivré de la dictature, vos chaînes ont été brisées. Mais je ne vous ais pas délivré pour que vous finissiez aujourd'hui sous le joug dictatorial de l'Empire ! Face à cela, et afin de vous protéger, Ondéron sera évacué et nous allons migrer vers un endroit plus sûr !"

Je fis une légère pose dans mon discours. Même si je n'étais pas présente sur Ondéron, même si je n'étais pas en face de mon peuple, je pensais et savais certainement que certains d’entre eux étaient actuellement choqués de mon annonce. Peut-être assignaient-ils mon discours à de la lâcheté. Beaucoup d'hypothèses pouvaient être mis sur la table. Mais je devais faire au mieux pour les convaincre, pour les rassurer. Bien que je n’aie pas l'intention de partir avec mon peuple, je comptais désigner Gaën pour me remplacer le temps de mon absence. J'avais confiance en lui, et le peuple lui faisait également confiance. Respirant un grand coup, je repris la parole.

- "Certains d'entre vous peuvent y voir actuellement de la lâcheté de ma part. Mais en tant que Reine, j'emploierai tous les moyens que je jugerai nécessaire pour vous protéger. Mais nous restons un monde libre et indépendant, par conséquent le choix de migrer pour échapper à un éventuel désastre vous appartient. En aucun cas je vous donnerai l'ordre ou vous forcerai à quitter vos terres. Mais comprenez bien ceci, si vous décidez de rester, il sera fort probable que vous finiriez sous le joug de l'ennemi. Mais sachez ceci, si cela devrait arriver, cette situation ne serait que temporaire. Nous reviendrons alors pour vous. Et je souhaite vous dire une dernière chose. Pour l'Empire et bien d'autres factions, Ondéron n'est que le nom d'une planète. Si vous décidez de me faire confiance, je vous dis ceci, temps qu'un cœur ondérien battra dans la galaxie, Ondéron ne disparaitra jamais ! Ondéron n’est pas qu’une simple planète, vous êtes Ondéron !"

C'est sur ces mots que mon discours finit. Avais-je convaincus tout le monde ? Si non, combien de mon peuple allait accepter cette migration. Je n'en avais aucune idée. La transmission finit, le Dracarys passa aussitôt en hyperespace direction Ondéron. J'avais bien six heures devant moi avant d'arriver à destination. Avais-je vraiment anticipé l'ennemi ? Ou avais-je simplement agit sur un coup de tête ? Quoi qu'il en soit je serais fixée dans les prochains jours.
 
Code by Joy



Jet de dés

_________________

Tant qu'un cœur ondérien battra dans la galaxie, Ondéron ne disparaîtra jamais !
Nous sommes Ondéron !


Dernière édition par Laura Kira le Ven 30 Mar - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 460
Crédits : 581
Infos fermées
MessageSujet: Re: Une Reine indéniable. Sauvons le peuple d'Ondéron   Mer 7 Fév - 19:29

Le discours de la Reine a surpris beaucoup de monde, mais tous ne veulent pas quitter leur monde natal, se fiant à la défense qui à toujours tenue bon et fait ses preuves. D'autres restent cependant tout de même mitigé et en veulent à la Reine qui n'aurait pas due envoyer une partie des troupes dans un conflit qui ne la regardait nullement...

Par chance, la population accepte d'abandonner sa planète pour s'exiler le temps que le calme revienne, mais le voyage risque d'être très très long ... Un contre temps est vite arrivé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coeur-et-force.forumactif.com
Reine d'Ondéron
avatar
Messages : 128
Crédits : 158
Espèce : Humaine
Âge rp : 30 ans
Armes : 2 Blasters
Maître : /
Apprenti / Padawan : /
DC : John Wrys - Exar Kun
Infos fermées
MessageSujet: Re: Une Reine indéniable. Sauvons le peuple d'Ondéron   Dim 18 Fév - 4:37

Une Reine indéniable.

Sauvons le peuple d'Ondéron


La solitude est le miroir de la conscience





Cela faisait maintenant plusieurs heures que le Dracarys était en hyperespace, en direction d'Ondéron. Avant de quitter le système de Corélia, j'avais passé un message à mon peuple via l'hologramme. Un message expliquant notre situation, expliquant notre infériorité envers l'Empire, expliquant ma décision de vouloir migrer les citoyens d'Ondéron vers une autre planète. Durant mon discours, j'étais restée calme, sereine. Aucune once de panique, de peur, ne sortirent de ma personne. J'espérais vraiment avoir convaincu mon peuple. Mais cela, je n’allais pas tarder à le savoir. Il restait moins d'une heure avant de sortir de l'hyperespace. Mais lors de ce trajet, je n'étais pas restée inactive. Si malheureusement, l'Empire viendrait vraiment à Ondéron, je devais prévoir des plans de batailles. Si j'étais l'un de ces piliers qui serait à la tête d'une flotte, comment agirais-je devant le blocus d'Ondéron. Que ferais-je pour contourner leur défense. Je proposais certaines de mes idées à mon Amiral. Mais il mit de côté la plupart de mes idées, me disant que j'étais certes un très bon commandant, un très bon leader, mais que niveau stratégie, j'avais encore beaucoup de chemin à faire. Liran prit donc le temps de m'expliquer ce que lui ferait s'il était à la tête d'une flotte pour envahir Ondéron.

Les dernières heures passèrent et le Dracarys sorti de l'hyperespace. Ma planète était en vue, ainsi que le blocus composé de mes deux croiseurs ainsi que des vaisseaux de la Confédération. J'envoyais donc un code au blocus, confirmant ainsi ma présence. Une fois aux abords de mes deux croiseurs, une navette était en route en direction de mon vaisseau mère. Il s'agissait de Gaën qui venait faire son début de rapport de la situation actuelle. En compagnie de Liran, nous nous étions rendus dans la salle de conférence du vaisseau, attendant patiemment notre chef des armées. Après tout, il est vrai que maintenant nous avions fort à faire dans les prochains jours. Évacuer une ville est une chose, mais évacuer une planète en est une autre. Enfin, en espérant que j'ai réussi à convaincre mon peuple. Dix bonnes minutes plus tard, Gaën arriva enfin, me saluant toujours aussi respectueusement et prenant place à la salle. Je lui rendis le même salut et je n'avais pas besoin de dire un seul mot. Juste en me regardant, Gaën savait que j'attendais de connaitre l'issue de mon discours. Avais-je seulement convaincu ne serait-ce qu'une partie des citoyens d'Ondéron.

 - "Votre majesté ! Contre toute attente, votre discours a été un fort succès. Presque tout le peuple d'Ondéron a été en accord avec votre décision. Vous avez su employer les mots qu'il fallait, vous avez su employer les mots pour les convaincre. Bien sûr votre discours a surpris tout le monde, nous les premiers, mais vous avez été très convaincante majesté. Après les maisons nobles affiliées à l'Empire n'ont pas du tout apprécier votre discours et refuse de quitter Ondéron. Si vraiment l'Empire vient à nous, ils pourraient poser des problèmes. Il y aussi un bon nombre qui ont refusé au début, croyant pleinement à la défense d'Ondéron, mais ils ont entendu raison bien après. Comme vous l’avez si bien dit, tant qu’un cœur ondérien battra dans la galaxie, Ondéron ne disparaitra jamais ! Nous sommes Ondéron."

En entendant les mots du chef de mes armées, je fis soulagée de seconde en seconde. Et en toute honnêteté je ne m'attendais pas à ce que presque tout Ondéron me fasse confiance. A vrai dire, je m'attendais à ce que seulement une petite poignet d'entre eux me fasse confiance. Mais ils le faisaient tous, enfin presque. De cela, en aucun cas je ne devais trahir cette confiance qu'ils plaçaient en moi. Cette nouvelle me fit avoir un léger sourire satisfait à mes lèvres, et j'espérais que l'Amiral Trench s'en sortait aussi bien que moi. Regardant le chef de mes armées, je pris à mon tour la parole.

- "Bien, heureuse de vous l'entendre dire. Dites moi Général, comment se passe l'évacuation ?"

 - "Et bien tout d'abord la Confédération nous aide énormément, ils nous fournissent quantité de vaisseaux pour permettre l'évacuation. A vrai dire, sans eux, je doute qu'évacuer tout Ondéron aurait été possible. Nous avons séparé la tâche en deux. Une petite partie de nos forces s'occupe d'amarrer dans un vaisseau tout ce qui est technologie, nos ressources et nos provisions ainsi que nos armes. Et le plus gros de nos forces s'occupent des citoyens ma Reine. Cependant, évacuer pratiquement tout Ondéron demandera beaucoup de temps. Pour une telle ampleur, j'estime que nous pouvons évacuer environ 10% des citoyens par jours. En gros, l'évacuation de tous nos citoyens demandera bien en moyenne dix jours."

A ce moment-là, j'avais haussé un sourcil. Dix jours ? On va dire que c'était la mauvaise nouvelle. Le temps jouait contre nous. Là encore une fois dans le fait où nous nous ferions attaqué par l'Empire. J'étais en train de peser le pour et le contre de toute cette histoire. En aucun cas, nous devions ne serait-ce un instant baisser notre garde. Soufflant un grand coup je repris la parole, transmettant mes ordres. Je demandais donc qu'on transmette à nos alliés formant le blocus d'être à partir de maintenant sur le qui vive. Leur transmettant aussi tout ce que nous savions, même s'ils ont dû déjà recevoir certains rapports de leurs supérieurs. Nous concernant, j'ordonnais de suite, à ce que la première flotte d'Ondéron se tienne elle aussi prête, que tous nos chasseurs se tiennent prêt à décoller à n'importe quel moment. Je voulais que nos défenses soient totales. De cela, je transmis l'ordre d'éparpiller autour du blocus et aussi derrière, nos mines ioniques spatiales. Et enfin, j'avais ordonné qu'on équipe nos chasseurs actuels de nos missiles ioniques et aussi qu'on me fasse un rapport sur nos chasseurs Cohortes. Et j'espérais vivement que ces derniers soient opérationnels. Gaën me salua respectueusement et prit congé afin que mes ordres soient exécutés. La réunion finit, mon Amiral se rendit sans tarder sur le pont du vaisseau mère. Quant à moi je me rendis vers l'arrière du Dracarys où se trouvait une passerelle avec baie vitrée. De là, je voyais Ondéron et le premier vaisseau de la Confédération qui se remplissait de mes chers citoyens d'Ondéron. Ce dernier sera bientôt plein et les 10 premier pourcent de ma population allaient bientôt partir pour cette fameuse planète. Ce qui signifiait aussi que le premier jour sur les dix allait bientôt prendre fin. La course contre la montre venait de démarrer.
Code by Joy

_________________

Tant qu'un cœur ondérien battra dans la galaxie, Ondéron ne disparaîtra jamais !
Nous sommes Ondéron !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dirigeant de la Confédération
avatar
Messages : 124
Crédits : 128
Espèce : Cyborg
Âge rp : 35 ans
Armes : Deux sabres laser
DC : Orus, Trench, Vector
Infos fermées
MessageSujet: Re: Une Reine indéniable. Sauvons le peuple d'Ondéron   Jeu 22 Fév - 12:04

J'avais été ramené sur Ondéron grâce à la princesse Leia et son père. Je ne souhaitais pas rentrer sur Corellia, car les nouvelles étaient mauvaise... Mais je devais me douter que Trench aurait du mal à rassembler le peuple de Corellia, celui-ci étant assez borné... Enfin bon, on me ramena à bord du vaisseau de Trench, un Malveillant V2... Une bonne aubaine... L'Empire ne savait pas que nous avions un joujou aussi puissant ! Enfin, je rejoignis l'amiral Trench, voyant par la même occasion que le peuple d'Ondéron avait été plus sage que Corellia... Je savais bien que les autres peuples évacuaient eux aussi... Seul Corellia était difficile de compréhension ! Mais nous devions, cette évacuation, permettrait de nous rendre plus fort qu'il ne le faut ! Arrivant près de Trench, je le saluai avec soin ! Je n'avais malheureusement pas encore eu le temps de me réparer, mais soit. Il me fit part de la situation, catastrophique de Corellia, et passable d'Ondéron... Hum ... Nous devions tenir autant que possible !

Laissant Trench à ses occupations, je rejoignis mon chasseur, dont Rosas avait aidé à la construction... J'avais toujours cette part en moi qui espérait à sa survie... Mais j'avais bien peur, que la situation allait se gâter... Enfin... J'avais toujours son collier accrocher à ma ceinture ! Je me devais de le garder ! Pour le bien de mon coeur et de ma raison... Je prit mon chasseur avant de me diriger vers le croiseur de la Reine Kira, les prévenants de mon arrivés, avant qu'ils ne me descende... Je me gara dans le hangar, avant de recevoir une communication... C'était mon ingénieur qui me demandait de le voir ... Hum ... Je lui répondis que je devais tout d'abord m'entretenir avec la Reine, avant de pouvoir venir. Je mis fin à la communication ! Si ces talents étaient limiter qu'à son statut d'Ingénieur pourquoi avoir échouer une simple manœuvre qui aurait pu ouvrir une grande brèche, et peut être tuer ou même blessé Tarkin... Enfin bon, je montais alors, accompagné de gardes vers les quartiers de la Jeune Reine, avant de rentrer. Ma cape était encore brûlée et noire de suie... Mes plaques étaient aussi sombre que mon regard qui s'adoucis simplement au simple regard de la Reine... Je m'agenouilla pour lui montrer mon respect avant de me relever et de prendre la parole.




Bonjour Altesse... Je suis bien content de vous voir... Les nouvelles sont mauvaises... Corellia est en guerre civile, alors que Alexandre Bonteri... effectue un coup d'état...
Enfin, bref... Je reviens tout droit d'Alderaan... Nous avons pu nous échapper... Malheureusement, je n'ai pas trouver votre ami dans les décombres... Nous avons été bombardés, j'ai perdu la quasi totalité de mes pilotes, et la totalité de mes forces et véhicules... J'ai malheureusement agit plus vite que ma réflexion... Je m'en veux sincèrement ... J'ai chercher pendant nombres d'heures votre second... et ...Rosas... mais en vain... La monstruosité de Tarkin a été sans appel... Et m'a détruit... Aussi bien physiquement que mentalement... Mais notre plan est toujours de mise ! Nous devons nous reconstruire ! ENSEMBLE ! Et nous devrons faire face à Bonteri ! Notre nouvel ennemis ! Mais une chose à la fois ! Notre retraite prendra du temps, de ce que Trench m'a dit... Et sachez que le reste de la Confédération tiendra le blocus d'Ondéron aussi longtemps que possible ! Et je vous demande par pitié, de ne pas rester ici, si vous tombez, la Confédération tombe... Vous êtes belle oratrice ! Vous savez séduire le peuple... C'est pourquoi je souhaite vous confier les pouvoirs politiques de la Confédération ! Je ne suis pas à ma place, peut être Leader me convient, mais je suis plus doué en Général... Ce que je vous demande, c'est de vous rallier à notre cause. Et que cela ne soit plus qu'une simple alliance entre nos deux factions ! J'ai besoin d'un cerveau comme vous, et vos seconds pour diriger... Alors ? Acceptez-vous cela ? Vous êtes peut être jeune, mais vu la situation et mes erreurs, je pense que vous êtes bien plus sage à emprunter ce post...



J'espérais simplement qu'elle accepte ! J'avais fais trop de mal, trop d'erreur... Je n'étais pas fait pour diriger la politique de la Confédération, et j'avais besoin de Laura pour m'aider à cette tâche. Elle était tout le contraire de moi, sage, patiente, réfléchis, oratrice, charismatique... Quand à moi, j'étais qu'une machine, bon pour l'armée, bipolaire, monstrueux, impatient, à agir sans réfléchir mûrement... Et je pense, que la fusion des deux serait la parfaite synergie à avoir quand à la direction de la nouvelle CSI... J'attendais, les bras croiser derrière mon dos, un regard emplis d'émotions, tels la colère, la haine, la souffrance, l'envie, le remord, et la plus importante, l'espoir....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reine d'Ondéron
avatar
Messages : 128
Crédits : 158
Espèce : Humaine
Âge rp : 30 ans
Armes : 2 Blasters
Maître : /
Apprenti / Padawan : /
DC : John Wrys - Exar Kun
Infos fermées
MessageSujet: Re: Une Reine indéniable. Sauvons le peuple d'Ondéron   Sam 24 Fév - 13:59

Une Reine indéniable.

Sauvons le peuple d'Ondéron


La solitude est le miroir de la conscience





J'étais enfin revenue chez moi à Ondéron. Et il fallu très peu de temps au chef de mes armées, Gaën, pour me retrouver. Dès son arrivée, à bord du Dracarys, nous avions entamé un Conseil afin d'y faire nos rapports et faire un bilan de la situation. Gaën me redonna le sourire en m'apprenant que presque tout Ondéron avait été en accord avec ma demande, celle d'évacuer la planète temporairement vers un autre monde. Mais il y avait des irréductibles qui contestaient ma décision et aussi mon autorité. Il s'agissait de quelques familles nobles qui voyaient en l'Empire le salut d'Ondéron. Fort heureusement pour nous, ils étaient qu'une petite minorité. Il y avait aussi ceux qui croyaient fermement en la défense d'Ondéron, mais Gaën avait réussit à les dissuader de leur entêtement. Cependant, il m'annonça un fait problématique. Selon ses calculs, on pourrait évacuer que 10% des citoyens par jours. Évacuer la totalité de nos citoyens allait probablement prendre des jours. De cela sans tarder, je transmis l'ordre à ce que notre flotte et celle de la Confédération se tiennent d’ors et déjà prête. Et j'ordonnais également à ce qu'on déploie toutes nos défenses. A la suite de quoi, Gaën se retira et mes pas me menèrent vers l'arrière du vaisseau où se trouvait une passerelle avec baie vitrée qui me donnait une vue sur Ondéron et son orbite.

Mes mains étaient jointes derrière mon dos, mon regard observant Ondéron et voyant en cet instant précis le premier vaisseau de secours, contenant les dix premiers pourcents de mes citoyens, passer en hyperespace. Cela signifiait que le premier jour venait de se finir. Avais-je réellement fait le bon choix ? En tant que femme libre, je voulais combattre mon ennemi, combattre pour ma liberté quitte à y mourir. Mais j'étais Reine et la survie de mon peuple passait avant tout. Si j'avais refusé de partir, le blocus, aussi important qu'il l'était aujourd'hui, aurait constitué la seule défense d'Ondéron. Peut-être qu'avec de la chance nous aurions pu tenir tête à l'Empire mais au files des heures et des jours, la victoire aurait été leur sans la moindre exception. Et même, imaginons qu'on tiendrait leur première vague d'assaut, et après ? L’Empire enverrait autant de vagues d'assauts que nécessaire. Ondéron n'avait pas les ressources nécessaires que possédait l'Empire. Il y a plus de cinq ans, j'ai libéré les citoyens d'Ondéron d'une tyrannie sans nom. Pour la première fois depuis bien longtemps, le peuple d'Ondéron était enfin libre et indépendants. En aucun cas je ne leur ai offerte cette liberté pour qu'ils se retrouvent aujourd'hui ou demain sous le joug de l'Empire. Peu importe ce que le reste de la galaxie pourrait ou non penser de moi, j'ai pris une décision et je l'assumerais quoi qu'il advienne.

Je vis mon reflet au travers de la vitre. Tournant légèrement ma tête sur le coté, je voyais mon cou et sous mon oreille je voyais cette tâche de naissance. Bien que cela me préoccupais, je comptais m'y intéresser de plus prêt une fois que tout ce merdier sera finit. C'est alors que mon communicateur s'activa. Activant l'hologramme de communication, le responsable du pont m'annonça que le Général Wrath était sur le point de venir. Une autre bonne nouvelle. Le Général avait survécu. J’espérais vivement que lui et sa compagne Rosas se portaient bien, et j'avais vraiment l'espoir que David se trouvait avec eux. Je répondis donc que je les attendrais dans mes quartiers. Désactivant mon communicateur, je fis route vers mes quartiers en ayant demandé que mon Amiral me rejoigne. Une fois installée, j'attendais patiemment leur retour. Les portes s'ouvrirent et je vis tout d'abord le général Wrath. Il semblait être dans un piteux état. Sa cape était brûlée et noire de suie, et ses plaques étaient presque toute noires. Mais je fus heureuse de le revoir. Mon sourire et regard semblaient l'avoir instantanément calmé. J'attendais à la seconde prêt voir Rosas et David entrer, mais je haussais un sourcil quand je vis le Général s'agenouiller en guise de respect puis se relever et prendre la parole.

- "Bonjour Altesse... Je suis bien content de vous voir... Les nouvelles sont mauvaises... Corellia est en guerre civile, alors que Alexandre Bonteri... effectue un coup d'état...
Enfin, bref... Je reviens tout droit d'Alderaan... Nous avons pu nous échapper... Malheureusement, je n'ai pas trouver votre ami dans les décombres... Nous avons été bombardés, j'ai perdu la quasi totalité de mes pilotes, et la totalité de mes forces et véhicules... J'ai malheureusement agit plus vite que ma réflexion... Je m'en veux sincèrement ... J'ai chercher pendant nombres d'heures votre second... et ...Rosas... mais en vain... La monstruosité de Tarkin a été sans appel... Et m'a détruit... Aussi bien physiquement que mentalement... Mais notre plan est toujours de mise ! Nous devons nous reconstruire ! ENSEMBLE ! Et nous devrons faire face à Bonteri ! Notre nouvel ennemis ! Mais une chose à la fois ! Notre retraite prendra du temps, de ce que Trench m'a dit... Et sachez que le reste de la Confédération tiendra le blocus d'Ondéron aussi longtemps que possible ! Et je vous demande par pitié, de ne pas rester ici, si vous tombez, la Confédération tombe... Vous êtes belle oratrice ! Vous savez séduire le peuple... C'est pourquoi je souhaite vous confier les pouvoirs politiques de la Confédération ! Je ne suis pas à ma place, peut être Leader me convient, mais je suis plus doué en Général... Ce que je vous demande, c'est de vous rallier à notre cause. Et que cela ne soit plus qu'une simple alliance entre nos deux factions ! J'ai besoin d'un cerveau comme vous, et vos seconds pour diriger... Alors ? Acceptez-vous cela ? Vous êtes peut être jeune, mais vu la situation et mes erreurs, je pense que vous êtes bien plus sage à emprunter ce post..."


Je fermais quelques instants les yeux. Finalement au lieu d'entendre de bonnes nouvelles, se fut tout le contraire. David et même Rosas étaient tous les deux portés disparus, sans compter le fait que Wrath avait apparemment perdu la quasi-totalité de ses forces. Et puis Corélia. Contrairement à moi, l'Amiral Trench semblait avoir échoué à convaincre son peuple. Et se fut tout le contraire qui se produisit, Corélia était en ce moment même en révolte et Bonteri semblait nous avoir trahit. Mais peut-on parler de trahison ? La Confédération était entrain de prendre possession des ressources de Corélia laissant son peuple à son sort. Bonteri a dû faire un choix, suivre sa faction, ou rester avec son peuple. Et c'est ce qu'il a fait. D’une certaine manière, Bonteri et moi nous nous ressemblons. La seule différence c'est que contrairement au peuple d'Ondéron, le peuple de Corélia a refusé de suivre le plan. En toute honnêteté, si mon peuple avait refusé de me suivre, je serais aussi restée sur Ondéron quitte a y mourir. J’étais attristée que les citoyens de Corélia n'aient pas compris notre but, notre manœuvre. Après, peut-être que tout simplement l'Amiral Trench n'a pas su employer les bons termes.

J'ouvris de nouveau les yeux en repensant à sa proposition, celle de me confier les pouvoirs politiques de la Confédération. J'avoue avec honnêteté que je ne me serais pas du tout attendue à une telle offre aussi soudaine soit-elle. Mais cela montrait à quel point le Général Wrath avait une grande confiance à mon estime, et de cela je lui en étais reconnaissante. Mais me confier de telles responsabilités aujourd'hui et maintenant étaient inutiles. Si l'Empire était vraiment destiné à venir ici, il ne viendrait pas pour prendre une tasse de thé et pour discuter. Non, il viendra pour nous soumettre ou nous anéantir. Par conséquent, jouer à la diplomate quand le moment sera venu sera peine perdue. Mon regard croisa de nouveau celui du Général Wrath. Mais mon regard devint stoïque et neutre.

- "Tout d'abord Général Wrath, je vous remercie de la confiance que vous m'accordez à me proposer les pouvoirs politiques de la Confédération. De cette confiance je vous en suis très reconnaissante, mais je ne pense pas que ce sujet soit indispensable aujourd’hui. Si l'Empire vient à Ondéron, çà ne sera pas pour discuter, mais pour nous soumettre ou nous anéantir. Je doute que notre intervention lors de la bataille d'Alderaan leur ait plu. De cela, je vous propose d'en reparler quand ce conflit sera terminé et que nous serons tous à l’abri à Odessen. Concernant David et Rosas, je suis peinée d'apprendre de telle nouvelle à leur sujet, mais je suis certaine au fond de moi qu'ils sont tous les deux vie .. quelque part. Concernant Corélia, l'Amiral Trench semble avoir échoué à convaincre votre peuple. Avoir échoué à les convaincre est une chose mais j'avoue être désappointée que vos forces abandonnent les citoyens de Corélia ainsi. En ce qui concerne Bonteri, il a effectivement fait un choix ... mais peut-on vraiment le blâmer ? Il a fait face à un choix très crucial, le même choix qui aurait pu m'être imposé si mon peuple avait refusé de me suivre. Je vais être honnête avec vous Général, si j'avais dû faire face à ce choix, si mon peuple avait refusé de me suivre ... je serais resté pour le défendre ... même si la seule issue aurait la mort pour moi. Mourir de cette façon aura fait de nous un homme, une femme libre jusqu'à la dernière seconde."

En tant qu'alliée au Général, je me devais de tout lui dire, lui dire tout ce que je pensais, les dires agréables comme désagréables. Et puis des choix ont été faits et revenir en arrière est tout bonnement impossible. Bien sûr, je n'avais certes pas accepté sa proposition mais je n'avais pas non plus dit non. C’est juste que j'estimais que ce point n'était pas à entreprendre tout de suite. J'enchainais donc en lui disant notre situation. Une fois encore je lui remerciais pour son aide inestimable à nous avoir fourni des vaisseaux pour mon peuple. Tout comme se fut une mauvaise nouvelle pour moi, j'annonçais au Général que cela prendrait plus d'une semaine, que nous ne pourrions pas évacuer en moyenne que 10% de la population par jour.

- "Ne sachant pas quand l'Empire arriva, j'ai, avant votre arrivée, donné l'ordre à ma flotte et à la votre de se tenir prêt, d'être au qui vive dès maintenant. Général Wrath, vous êtes un allié et un ami cher, vous devriez aller vous reposer et vous faire réparer. Votre présence et votre force sera indispensable et j'aurai besoin de vous au mieux de votre forme quand l'ennemi arrivera. Vos hommes auront besoins de vous."

Même si les unités de combats du Général n'étaient que des droïdes, j'avais tout de même employé le terme d'hommes. Pour beaucoup, ce ne sont que de la ferraille sans âmes. S'ils se font détruire ? On les remplace. Pourquoi ? Comment ? Je ne sais pas, mais à mes yeux ces droïdes valaient qu'on les considère au même titre que des soldats humains. J'avais conseillé au Général qu'il ait se reposer, mais s'il voulait parler d'autres sujets, je serais ravie de dialoguer avec lui.
Code by Joy

_________________

Tant qu'un cœur ondérien battra dans la galaxie, Ondéron ne disparaîtra jamais !
Nous sommes Ondéron !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dirigeant de la Confédération
avatar
Messages : 124
Crédits : 128
Espèce : Cyborg
Âge rp : 35 ans
Armes : Deux sabres laser
DC : Orus, Trench, Vector
Infos fermées
MessageSujet: Re: Une Reine indéniable. Sauvons le peuple d'Ondéron   Jeu 12 Avr - 14:36

La Reine était sage pour son jeune âge et c'est ce qui me plaisait. Elle gouvernait d'une poigne de fer son peuple. Il est vrai que les ordres de Trench ont été difficile à comprendre... Mais personne ne doit le blâmer à part moi-même... Je lui avais ordonner de faire cela... Nous avions besoins de ressources pour notre Exil ! Il était cruciale que tout devait se faire. Abandonner Corellia n'était pas chose aisé... Mais laissez des forces aurait pu donner des informations à l'ennemis. Et il en était hors de question. Je tenais particulièrement à ce projet, dans tout les points... Certains dires de la Reine ne me plaisaient pas... Mais je ne pouvais réellement faire autrement, ce qui était fait, était fait !

Ma demande ne servait plus à grand chose, car il est vrai que l'Empire allait bientôt sonner à notre porte. Et je me devais d'aider du mieux que je pouvais la Reine. Je la remerciais avec éloquence et respect, avant d'aller préparer mes droïdes. Par la même occasion, je me ferais réparer... Si pour parler, il devait y avoir, je devais être présentable ! Même si je savais que les négociations ne seraient pas facile... Je parles de négociations, mais peut être qu'on nous envoie Tarkin... Et là, nous devrons combattre jusqu'à la mort ! Enfin, attendons sagement la suite des événements... Nous verrons... L'avenir nous dira de quoi il sera fait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Infos fermées
MessageSujet: Re: Une Reine indéniable. Sauvons le peuple d'Ondéron   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une Reine indéniable. Sauvons le peuple d'Ondéron
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (M) Bob Morley → Coloc à l'indéniable alchimie
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» «La Reine Nègre» Victor-Lévy Beaulieu s'explique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Coeur de la Force :: Bordure Intérieure :: Onderon-
Sauter vers: