AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interrogatoire en face à face

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 46
Espèce : Humain
Âge rp : 58 ans
Infos fermées
MessageSujet: Interrogatoire en face à face   Mar 13 Mar - 0:40

Les voyages, même en hyperespace, n'étaient guère la partie favorite du colonel Yularen, durant les missions, mais celui-ci était nécessaire. Assis dans un fauteuil plutôt confortable, pour une fois, il poursuivait son travail dans la salle de contrôle principale, avec dix des hommes d'équipage, chacun à son poste. Leur croiseur, le Vigilant, avait quitté Naboo en y laissant en place une force conséquente ainsi que du personnel pour poursuivre leurs investigations. Les informations reçues en cours de trajet étaient plutôt bonnes, Corellia s'était rendue sans qu'il ne soit fait usage de violence, tout comme la situation s'était réglée de façon pacifique sur Onderon. Pour une fois qu'on ne sortira guère de ce genre d'affaire avec des milliers de morts laissés sur des terres gorgées par le sang...

Ceci étant, Yularen serait bien aise si leur petite affaire avec ce pilote ne leur était jamais tombée dessus. Il comprenait très bien le souci de l'Empereur et ses interrogations, cependant, ces failles compliquaient tant la situation que le colonel avait l'impression d'évoluer en terrain miné. Un goût amer lui restait dans la bouche, tel celui qui précédait les mauvais cas, ces moments où tout pouvait déraper en un seul instant. Le capitaine le tira de ses réflexions en annonçant qu'ils approchaient. Très bien. Le colonel prit contact avec la Flotte du Chimaera, plus spécifiquement avec Pellaeon, pour avertir de leur arrivée, gardant un ton courtois quoi qu'un peu distant. Si son vieux confrère et Thrawn savaient que Fel était sous surveillance, ils en ignoraient la raison exacte. Et pour que le BSI se déplace ainsi en personne dans une zone sortant juste du risque de guerre...

Ils quittèrent l'hyperespace quelques instants après cet échange, arrivant auprès de la Flotte de Thrawn et Onderon. Auprès de ces destroyers et croiseurs de combat, leur propre croiseur, de classe Surveillance, avait une toute autre allure et leur présence dans un système donné signifiait irrémédiablement que quelqu'un, quelque part, allait avoir de gros ennuis. Ce vaisseau était très étroitement lié au BSI et à sa réputation souvent sinistre et de mauvais augure. Tel un énorme vautour arrivant au milieu de croiseurs et destroyers, pour mener un travail de sinistre réputation. Ils avancèrent plus doucement, ignorant les croiseurs pour se rapprocher du Chimaera et reprendre contact. En attendant leur arrivée, le BSI avait ordonné que Fel soit gardé en cellule, sous surveillance, après la bataille.

Yularen se rendit dans le hangar avec Krayt et deux de ses agents, prendre la navette qui allait les conduire sur le Chimaera. Il savait, même sans pouvoir télépathique, ce que pensaient ceux ayant vu leur croiseur arriver. La BSI avait une réputation des plus noires, morbide, sur laquelle courrait bon nombre d'histoires effrayantes ou dégoûtantes. Pourtant, comment un Empire tel que celui-ci pouvait fonctionner sans ce genre d'organisme ? Et encore, ces gens n'avaient pas vu le Sith qui les accompagnait aujourd'hui... Yularen n'était guère ravi d'avoir ce Krayt à ses côtés mais il devra bien faire avec. A leur arrivée sur le destroyer, il descendit le premier de la passerelle, souriant un peu en voyant qui les attendait.

« – Lieutenant-colonel Vanto, ravi de vous voir. »

Evidemment, les conditions n'étaient pas des plus favorables mais ce n'était guère le BSI qui avait décidé de cette... précipitation. Ces failles... Il emboîta le pas au jeune officier, souhaitant ne guère perdre de temps. La salle où aura lieu l'interrogatoire était très classique, mais Yularen refusait celles où l'interrogateur et le prisonnier étaient séparés par une glace sans tain, un mir, des capteurs et caméras. Rien de mieux que d'observer une personne avec ses propres yeux. Arrivée à la salle, il salua l'amiral Thrawn formellement, sans tenter de cacher qu'il n'avait plus envie d'être ici qu'eux de recevoir le Bureau.

« – Voici le seigneur Darth Krayt, un "adjoint" que l'Empereur nous a alloué, le temps de mener cette affaire. »

Il pénétra ensuite dans la salle, très sobre et sombre, comprenant une table centrale, la chaise où était assis le sergent, menotté par le devant, et une autre chaise face à lui où le colonel prit place. Bien, très bien. Il commença par le saluer, lui aussi, et présenter brièvement son "assistant". Ses deux agents s'étaient postés derrière le sergent, de part et d'autre et un peu éloignés, mais prêts à réagir au quart de tour. L'amiral souhaitait assister à l'entretien, soit. Yularen observa attentivement le sergent, les mains posées devant lui sur la table, près de son datapad.

« – L'Empereur a souhaité que je vous rencontre en personne, suite à notre premier et rapide entretien. Il s'est montré vivement intéressé par les idées que vous avez défendu. Revenons-y, voulez-vous ? Développez votre pensée, vous y avez visiblement beaucoup réfléchi. Quelles sont ces tactiques différentes que vous utiliseriez ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis suicidaire et je le vis bien
avatar
Messages : 119
Espèce : Humain
Âge rp : 31 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Interrogatoire en face à face   Mar 13 Mar - 10:35

Le pilote s’était douté que ça allait finir par lui tomber dessus mais pas à un tel moment, pas aussi vite, et pas alors qu’il ne voyait pas comment qui que ce soit aurait pu découvrir l’histoire avec le petit. A peine sorti de son chasseur, il avait eu le temps de marcher dix mètres avant d’apprendre qu’il était arrêté, comme ça, sans aucune explication, puis jeté en cellule. Ça ne passait pas. Soontir fixait la porte fermée d’un regard noir, comme si elle était responsable de la situation, ne comprenant pas pourquoi on l’arrêtait maintenant alors qu’il n’avait commis aucune erreur, qu’il n’avait parlé à personne du petit et qu’à cette heure, il avait sûrement dû déjà se débrouiller pour rejoindre le Temple ! Alors qu’est-ce qu’on lui voulait, cette fois, un de ses hommes avait déserté, c’est ça ? Il l’aurait vu, tout de même, si un pilote de l’escadron s’était sauvé au beau milieu de l’affaire d’Onderon. Soupirant très fort, il se rencogna contre le mur en fermant les yeux, détestant les cellules, il en avait toujours les nerfs vrillés, surtout qu’il n’avait rien fait. Incroyable comme on passait vite d’un sentiment à l’autre, d’abord le soulagement qu’ils n’aient pas eu à tirer sur des civils, puis la colère de se faire arrêter sans explication, en moins d’une seconde.

Il ignorait combien de temps s’était passé exactement lorsqu’il vint le chercher. Soontir tendit docilement les mains, ravalant la colère avec un peu de peine, avant de suivre jusqu’à la salle où aura lieu l’interrogatoire. Une pièce noire, pas bien grande, une table, deux chaises… Une fois assis, les deux gardes sortirent et il se retrouva de nouveau seul, à attendre. Ça devait être une gigantesque blague… Non ? Les yeux fermés, il inspira puis expira avec lenteur, essayant de chasser le stress important qui commençait à monter. Il n’avait rien fait de mal… Sauf si le BSI considérait qu’aider un enfant de quinze ans à ne pas mourir torturé sous les coups des Siths était quelque chose de mal. Et quand bien même c’était le cas, il n’était pas question qu’il leur révèle à quoi ressemblait le petit, où il avait été déposé et ce qu’ils s’étaient dits tous les deux. Ouais, affirmer ça était facile, encore fallait-il être capable de résister à un interrogatoire en règle sur Coruscant, ensuite. Le pilote baissa le regard sur le bracelet en tissu, dont la couleur et les symboles blancs juraient un peu à côté du métal froid et gris des menottes. Quoi qu’il arrive, il ne devait pas trahir le gamin, il était trop jeune pour mourir.

Au bout d’un moment, la porte fut de nouveau ouverte et le colonel Yularen entra d’un pas martial, avec deux de ses agents qui vinrent se poster derrière, droits comme des piquets. Il y avait aussi l’amiral Thrawn, un lieutenant-colonel avec lui dont Soontir ignorait le nom, puis un…. Type qu’il ne connaissait pas non plus, vêtu d’une armure bizarre et le visage recouvert de tant de tatouages qu’on distinguait à peine ses traits. Son regard, d’un jaune mordant, ne pouvait pas tromper. Un Sith. Merde… Le stress grimpa en flèche, alors que Yularen s’asseyait en face de lui et présentait aussi vite fait le Sith. Ils savaient, pour le petit… Un Sith ne serait jamais vu, sinon. Soontir avait pâli à mort en comprenant qui était ce gars en armure, reportant le regard après sur le colonel. Trois agents du BSI – dont leur chef ! – un Sith, un officier du Chimaera et le Grand Amiral en personne, tout ça pour un simple interrogatoire. Soontir savait qu’il avait des emmerdes mais ne pensait pas à ce point.

– L'Empereur a souhaité que je vous rencontre en personne, suite à notre premier et rapide entretien. Il s'est montré vivement intéressé par les idées que vous avez défendu. Revenons-y, voulez-vous ? Développez votre pensée, vous y avez visiblement beaucoup réfléchi. Quelles sont ces tactiques différentes que vous utiliseriez ?

Parce qu’il revenait là-dessus ? Et depuis quand l’Empereur recevait en personne les interrogatoires menés avec de simples pilotes de la Marine ? Quelle putain de connerie avait-il bien pu faire pour « intéresser » l’Empereur, bon sang ?! Ce n’était quand même pas juste pour la petite affaire avec Nuru ? La colère venait s’ajouter au stress, il rageait de ne pas comprendre ce qu’on lui voulait et en quoi ça gênait jusqu’aux Siths. Et celui-là, avec ses tatouages, Darth Krayt… Il avait une sale gueule. Tous les Siths étaient-ils donc défigurés ? Soontir fit un effort pour contrôler le ton de sa voix avant de parler, pour ne pas trop laisser transparaître peur et colère, quand bien même ça se voyait parfaitement.

– Je n’y ai pas vraiment réfléchi à ce point, colonel, je suis un soldat, pas un politicien. Tout se résume à ce qui s’est déjà dit. Éviter les morts inutiles ou les tirs sur des personnes qui ne peuvent pas se défendre. Ne pas agresser des peuples qui ne vous ont encore rien fait, même s’ils semblent menaçants… En résumé, attendre d’être attaqué pour répliquer mais ne pas être l’agresseur. Ce sont les valeurs en lesquelles je crois.

C’était assez pour l’accuser d’être un Rebelle ? Parce que là, le pilote n’aurait pas pu se sentir plus mal à l’aise encore, avec ce Sith… On aurait dit qu’il ne rêvait que de lui sauter à la gorge ou lui faire subir il ne savait quoi, son regard était si rempli de haine. Ça, c’était normal pour un Sith ou celui-ci avait une raison précise de le détester ?

– Puis-je savoir de quoi votre Bureau m’accuse, colonel Yularen ? Je ne pense pas avoir récemment commis une erreur qui me vaille ce petit entretien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Infos fermées
MessageSujet: Re: Interrogatoire en face à face   Mar 13 Mar - 11:53

La prudence était de mise, sur ce vaisseau, dirait-on bien. On se méfiait des Siths et des Jedis ? Ils avaient de quoi, un bon point pour eux. Krayt sortit de la navette derrière le vieux du BSI, accompagné par l'habituelle douleur rongeant son corps tout entier et le début de folie qui allait avec. Une folie toujours latente, cela dit, il le combattait tous les jours, perdait parfois, son esprit ne pouvait tout simplement jamais être en paix. En descendant, il posa le regard sur le petit officier venu les "accueillir", un petit gars déjà connu par le chef du BSI, donc. Krayt portait de longs regards sur ceux et celles qu'ils croisaient, sur le vaisseau lui-même, notant la présence de ces petits lézards qui empêchait la Force de s'installer ici. Prévoyance, prévoyance. Le gamin les emmena jusqu'aux quartiers disciplinaires du vaisseau, puis vers les salles d'interrogatoire.

Il avait bien hâte d'enfin avoir sous la main le cher ancêtre de ce lui qui leur avait causé tant d'ennuis, le type par qui tout était parti, celui qui avait insufflé ses idées rebelles et pourrissantes à sa descendance. Pouvait-on lui retourner l'esprit ? Ou le lui briser ? Ainsi, il ne sera plus un danger pour personne. Un sourire cruel se dessina un instant sur son visage, puis il fronça un peu le nez en voyant un Chiss en uniforme blanc près de la salle d'interrogatoire. Décidément, il y en avait à toutes les époques, dans les rangs de l'Empire, bizarre pour un peuple pourtant coincé dans les Régions Inconnues et refusant d'en sortir. Il ne ressemblait pas à Fehlaaur'aitel'loro, celui-là avait l'air plus âgé. "Thrawn"... Ah oui, c'était lui donc ! Ces failles permettaient des rencontres dont il se serait bien passé.

– Voici le seigneur Darth Krayt, un "adjoint" que l'Empereur nous a alloué, le temps de mener cette affaire.

– Ravi, grinça-t-il des dents. Votre peuple a décidément l'art de se mêler à ce qui ne le regarde pas. Et vous plus encore.

Comme de s'être amusé à cacher Roan Fel durant plusieurs années... Krayt ne digérait toujours pas cela, il n'avait pas eu le temps de s'occuper du cas de Fehlaaur pour cette trahison mais il le fera, s'il parvenait à rentrer dans son époque. Quand à cet amiral, il le voyait comme une plaie supplémentaire, dégoûté de le voir ici, avec les Impériaux de cette époque. Suivant Yularen dans la salle, il se désintéressa néanmoins très vite de l'amiral Chiss pour se concentrer sur leur petit prisonnier, le dévorant littéralement de son regard jaune et haineux. Fel, jeune Fel, premier de la lignée de cette famille à emmerdes... Le Sith se posta dans un coin de la pièce, une main posée sur son sabre.

– L'Empereur a souhaité que je vous rencontre en personne, suite à notre premier et rapide entretien. Il s'est montré vivement intéressé par les idées que vous avez défendu. Revenons-y, voulez-vous ? Développez votre pensée, vous y avez visiblement beaucoup réfléchi. Quelles sont ces tactiques différentes que vous utiliseriez ?

La non-violence, le respect de la vie, tous ces principes ineptes que Roan Fel portait comme un étendard dressé si fièrement ? Krayt pencha un peu la tête, dévisageant le pilote avec un mélange d'intérêt et de haine, encore plus accru. Sa cible était aussi en proie à la peur et la colère, c'était si évident. Il ne pouvait pas le cacher, tout son corps était sous tension, il était très crispé et raide, sur sa chaise, son regard parlait pour lui. La peur, oui... Etait-il déjà en lien avec les Jedis, avec les Rebelles, avec l'Ascendance Chiss ? Le Sith avait mis bien du temps à remonter le fil, à fouiner et voler toutes les informations possibles, car il s'était beaucoup intéressé à Roan, brillant adversaire. Rencontrer ce pilote aujourd'hui était une occasion en or d'en apprendre encore plus.

– Je n’y ai pas vraiment réfléchi à ce point, colonel, je suis un soldat, pas un politicien. Tout se résume à ce qui s’est déjà dit. Éviter les morts inutiles ou les tirs sur des personnes qui ne peuvent pas se défendre. Ne pas agresser des peuples qui ne vous ont encore rien fait, même s’ils semblent menaçants… En résumé, attendre d’être attaqué pour répliquer mais ne pas être l’agresseur. Ce sont les valeurs en lesquelles je crois.

Il s'agissait des valeurs d'autres peuples, aussi. Krayt ne put retenir un petit rire, ayant la confirmation, si besoin est, que c'était bien la faute de cet homme si la galaxie s'était ensuite retrouvée avec Roan Fel sur les bras, lui et ses saletés de chevaliers Impériaux, lui et sa résistance menée depuis les Régions Inconnues. Il se rapprocha de quelques pas, le visage à moitié tordu dans une expression de haine pure. Cet homme, ce Nom... Cela lui était à présent aussi infect que pour les Skywalker. Sa survie dépendait d'un Jedi drogué et alcoolique qu'il haïssait et une grande partie de ses autres problèmes venaient des Fel, de leurs foutus principes et valeurs !

– Puis-je savoir de quoi votre Bureau m’accuse, colonel Yularen ? Je ne pense pas avoir récemment commis une erreur qui me vaille ce petit entretien.

Pas une seule erreur, hein ?! Krayt franchit le dernier pas qui le séparait de la table et frappa brutalement le pilote en pleine figure, la haine supplantant vivement la douleur éternelle ressentie l'espace d'un instant, ses yeux brillant d'un éclat lus féroce. Les deux agents du BSI derrière avaient bondi, arrêtés par un regard noir du Sith. Il saisit le pilote par le col, au niveau de la nuque, pour le redresser, penché sur lui en se retenant qu'à très grande-peine de ne pas le tuer sur le champ. Son regard tomba en même temps sur un bracelet noir, porté au poignet droit, où le symbole des Chiss se dessinait clairement.

– Rien fait, n'est-ce pas ? Ni eu de contact avec les Rebelles ou avec les Jedis, je suppose... Ni avec des "amis" venant des Régions Inconnues.

Il lui arracha le bracelet du poignet et le relâcha ensuite, le levant à la lumière pour l'observer puis le jeta sur le bureau pour que Yularen voit ça. Peut-être ne connaissait-il le premier symbole, qui se détachait si bien sur le fond noir, mais Krayt, lui, le connaissait. Voilà bien une preuve que leur jeune ami pilote ici présent avait déjà été contacté par son descendant, et donc par l'Ordre Jedi. Et probablement par les Rebelles également, si on prenait en compte ce côté-là de cette fichue famille.

– Tu as de la chance, Fel. Tu fais parti de ceux que nous devons éviter de tuer... Pour l'instant, du moins. En revanche, il y a beaucoup à dire sur tes véritables allégeances.
Revenir en haut Aller en bas
Je suis suicidaire et je le vis bien
avatar
Messages : 119
Espèce : Humain
Âge rp : 31 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Interrogatoire en face à face   Mar 13 Mar - 13:10

Soontir laissa échapper un bref cri de douleur lorsque le Sith bondit et le frappa en plein visage, avec une telle force qu’il en fut à moitié assommé l’espace d’un instant. Sonné, il réagit à peine lorsque ce sale type le fit redresser en le tirant par le col, la terreur le saisissant au même moment. Il avait fermé les yeux quelques secondes, s’attendant à le voir sortir son sabre pour le découper en deux, mais ce type n’en fit rien. C’était un de ces instants où il valait mieux ne plus bouger, ne surtout rien dire, vraiment rien, même si l’envie était plus forte que tout. Son coeur s’était emballé très vivement et le pilote eut de la peine à se calmer, ne comprenant pas ce qui lui avait valu une réaction aussi violente. Ce type ne pouvait pas lui expliquer pourquoi il le haïssait autant ?! Même en quelques mots, ça lui suffira ? Rouvrant un regard prudent, il avait un peu relevé les mains contre lui, dans le maigre espoir de se défendre contre un autre coup. Sa joue était déjà douloureuse, et ça, ce n’était sûrement rien comparé à ce qui l’attendait.

– Rien fait, n'est-ce pas ? Ni eu de contact avec les Rebelles ou avec les Jedis, je suppose... Ni avec des "amis" venant des Régions Inconnues.

Des… Des Régions… Son coeur se souleva une fois de plus lorsque le Sith lui arracha littéralement le bracelet que lui avait offert Nuru et le jeta sur la table, pour que tout le monde puisse le voir. Soontir reprit son souffle lorsque le Sith le relâcha et s’éloigna d’un pas ou deux, le regard baissé. Merde, mais merde… Il parvint à éviter le regard de tout le monde, dans cette pièce, et surtout celui du Sith, par crainte qu’on puisse lire la vérité en lui, grâce à la Force. Ils pouvaient faire ça, les Siths, non ? Et même s’ils ne pouvaient pas, le BSI avait lui d’autres moyens d’arracher la vérité, des moyens dont il allait sûrement faire la connaissance plus vite que prévu. Bon, très bien, du calme, ils savaient peut-être pour le petit mais ce dernier était tout de même en sécurité, maintenant, les Jedis veilleront sur lui. Soontir savait à quoi il s’exposait, lorsqu’il l’avait aidé. Peut-être aurait-il dû accepter de déserter et partir avec lui… Ce n’était que maintenant, donc bien trop tard, qu’il regrettait de ne l’avoir pas fait.

– Tu as de la chance, Fel. Tu fais parti de ceux que nous devons éviter de tuer... Pour l'instant, du moins. En revanche, il y a beaucoup à dire sur tes véritables allégeances.

Comment, ça, il faisait parti de « ceux que nous devons éviter de tuer » … ? Il croyait que ça ne concernait que les Jedis, ça, pour ne pas risquer qu’ils reviennent plus âgés et puissants ! Et il n’était pas un Jedi ! Il ne connaissait même rien à la Force ! Fel releva enfin la tête, jetant un regard au Sith où se mêlait effarement et colère. Les doutes sur son allégeance, ça oui, il commençait à en avoir, et pas qu’un peu !

– Vous faites erreur, reprit-il d’une voix plus tendue. Je n’ai aucun ami dans les Régions Inconnues, je n’ai pas non plus de contact avec la Rébellion. Quant à ce bracelet, sa provenance ne regarde aucun d’entre vous. Si je suis votre adjoint, colonel Yularen, vous m’accusez d’être un Rebelle ?

Il ignorait s’il y avait dans cette salle des capteurs ou censeurs pouvant mesurer les données des corps pour détecter le mensonge, comme le rythme cardiaque, la voix, la respiration, etc. C’était très probablement le cas, par contre, et c’était pour ça qu’il choisissait ses mots avec soin, pour ne pas se compromettre. Ces affirmations étaient vraies, après tout, mais il ne devait pas s’avancer sur le reste. Il avait techniquement bel et bien eu un contact avec l’Ordre Jedi, par le biais de Nuru, et le petit était effectivement issu des Régions Inconnues. Et devait-il vraiment considérer comme une chance le fait qu’on ne puisse pas le tuer « pour l’instant » ? C’était douteux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 46
Espèce : Humain
Âge rp : 58 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Interrogatoire en face à face   Mar 13 Mar - 15:34

« – Je n’y ai pas vraiment réfléchi à ce point, colonel, je suis un soldat, pas un politicien. Tout se résume à ce qui s’est déjà dit. Éviter les morts inutiles ou les tirs sur des personnes qui ne peuvent pas se défendre. Ne pas agresser des peuples qui ne vous ont encore rien fait, même s’ils semblent menaçants… En résumé, attendre d’être attaqué pour répliquer mais ne pas être l’agresseur. Ce sont les valeurs en lesquelles je crois. »

Certes, ils en avaient déjà parlé et le pilote lui avait expliqué son point de vue sur le sujet, mais ce n’était pas ce qu’il lui demandait aujourd’hui. Ce que le colonel souhaitait est qu’il rentre plus dans les détails, dans le concret, de véritables pistes à explorer afin que le BSI puisse comparer sa déclaration aux données qu’il possédait. Ils passeront ensuite à la suite de l’interrogatoire. Le colonel avait besoin des détails avant d’établir une ligne claire. Il lui faudra également interroger Han Solo, par chance toujours emprisonné. Le colonel reprit son datapad et l'alluma, reprenant le rapport fait après leur discussion. Puisqu'il ne voyait pas de quel point ils discutaient, il allait lui faire ré-écouter l'enregistrement, puis repartir ensuite de là pour le faire plus parler. Leur jeune ami pilote était encore plus nerveux et effrayé qu'il ne l'était lorsque le BSI l'avait contacté pour la première fois, une réaction somme toute classique, chacun avait de sales petits secrets. Peur, colère, sans doute une part d'indignation grandissante. Qu'il veuille néanmoins à ne pas franchir certaines limites, cet homme n'avait pas besoin d'aggraver encore son cas.

« – Puis-je savoir de quoi votre Bureau m’accuse, colonel Yularen ? Je ne pense pas avoir récemment commis une erreur qui me vaille ce petit entretien. »

Le colonel allait lui faire écouter l'enregistrement, avant de lui répondre lorsque Krayt bondit tout à coup sans crier gare et flanqua un coup magistral en plein visage du pilote, qui poussa un bref cri de surprise et de douleur. Bon sang, ça suffit ! Yularen s'était levé d'un bond, profondément agacé par la seule présence de cet adjoint mais s'il s'amusait en plus à lui démolir ses interrogatoires ! Si ce type ne leur avait pas été imposé par l'Empereur lui-même, le colonel lui aurait bien mis un coup de tir paralysant, avant de le faire dégager d'ici. Avec effort, il enleva sa main de l'arme qu'il avait saisi, la glissant dans son fourreau avec regrets. Les Siths étaient-ils si peu capables de sang-froid, si peu capables de se contenir ?! Une marque violette, virant au noir, se détachait déjà sur le visage du pilote, Yularen put le voir lorsque le Sith le tira par le col pour le redresser, se rasseyant lui-même avec lenteur et faisant signe aux deux hommes du bureau, derrière, de rengainer, eux aussi. Ils devaient composer avec les Siths, maintenant, y compris les fous ne sachant pas se contrôler comme celui-là.

« – Rien fait, n'est-ce pas ? Ni eu de contact avec les Rebelles ou avec les Jedis, je suppose... Ni avec des "amis" venant des Régions Inconnues. »

Krayt arracha un bracelet au pilote, qu'il jeta ensuite sur la table en pleine lumière, avant d'enfin reculer. Le colonel fronça un peu les sourcils en prenant le bout de tissu, d'un noir profond. Deux symboles y étaient cousus. L'un représentait une sorte d'oiseau, assez semblable au phénix arboré par la Rébellion, mais plus élancé et fin, ailes déployées. L'autre symbole était fait avec un grand cercle central, relié par des filaments à trois autres cercles de tailles différentes. Il n'avait jamais vu ces deux symboles auparavant, à moins que... Oh, si, peut-être le second, Krayt avait grossièrement dessiné un symbole comme celui-là lorsqu'il avait parlé de sa propre époque et des forces qui y régnaient alors. Ce symbole était celui d'une des factions en guerre alors, mais laquelle... Reposant le bracelet sur la table, à côté du datapad, il revint sur leur sergent, qui gardait le regard détourné, encore plus pâle que toute à l'heure. Le contraste était saisissant, avec l'hématome sur sa joue. Ce simple petit bout de tissu noir apportait une pierre de plus à l'édifice...

« – Tu as de la chance, Fel. Tu fais parti de ceux que nous devons éviter de tuer... Pour l'instant, du moins. En revanche, il y a beaucoup à dire sur tes véritables allégeances. »

« – Vous faites erreur. Je n’ai aucun ami dans les Régions Inconnues, je n’ai pas non plus de contact avec la Rébellion. Quant à ce bracelet, sa provenance ne regarde aucun d’entre vous. Si je suis votre adjoint, colonel Yularen, vous m’accusez d’être un Rebelle ? »


La mémoire revint au colonel lorsqu'il revit l'amiral Thrawn du coin de l’œil, reprenant le bracelet pour mieux l'examiner. Oui, c'était bien cette faction qu'avait mentionné le Sith, même s'il n'avait pu en dire grand-chose, et cela collait également à la façon dont il avait "salué" l'amiral avant d'entrer dans cette pièce. Il n'y avait pas des centaines de personnes susceptibles d'avoir pu fournir ce bracelet à Soontir Fel...

« – Pour commencer, mon cher "adjoint", je vous prierai de vous contrôler, sinon quittez cette pièce immédiatement. Quant à vous, sergent Fel, il a été prouvé que vous avez des liens avec les Jedis. Des liens même plutôt étroits, avec certains d'entre eux. Concernant ce bracelet, ne vous fatiguez pas à vouloir cacher sa provenance, nous la connaissons. Je suppose que ces symboles doivent vous être aussi très familiers, Amiral Thrawn. »

Le colonel poussa le petit objet vers le bord de la table dans sa direction, le laissant le prendre pour l'examiner s'il le souhaitait. Maintenant, si chacun était d'accord, il serait bon de reprendre un peu de calme, merci bien.

« – Certains de ces liens ont été noués malgré vous, sergent, l'Empereur a conscience de ce problème. Notre problème actuel est de connaître votre position, dans tout cela. Plus particulièrement sur vos véritables allégeances, comme cela a déjà été souligné. Dois-je vraiment vous accuser d'être un Rebelle ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stratège Ultime
avatar
Messages : 328
Comptes : Larin, Julia Démétriès, Vincent Santel, Meetra Surik
Espèce : Chiss
Âge rp : 57 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Interrogatoire en face à face   Mar 13 Mar - 17:08

Le capitaine Pellaeon avait été agacé par la demande du BSI et s'en était ouvert à son supérieur. De quel droit arrêter l'un des meilleurs pilotes de la septième flotte et sans raison en plus ? Le chiss s'était contenté de répondre qu'il veillerait à assister à l'entretien. Les ordres du BSI étaient quelque chose contre lesquels même un grand amiral ne pouvait faire grand chose. Il ordonna donc au capitaine de veiller à ce que les instructions du colonel Yularen soient suivies.

Lorsque le croiseur du colonel fut annoncé, il se rendit dans la salle où la rencontre aura lieu. Une salle anodine, avec juste une table et plusieurs chaises. Il attendit, seul avec le "prisonnier" et un garde que le vieil homme arrive. Ce qu'il fit et non seul d'ailleurs. L'accompagnait un sith, porteur d'une armure impressionnante et d'un style peu commun.


« – Voici le seigneur Darth Krayt, un "adjoint" que l'Empereur nous a alloué, le temps de mener cette affaire. »

Ravi. Votre peuple a décidément l'art de se mêler à ce qui ne le regarde pas. Et vous plus encore.

"C'est un plaisir de vous revoir, colonel. Bienvenue à bord, seigneur Krayt. Je peux vous assurer, comme je l'ai dit à l'Empereur Palpatine, que mon peuple n'a aucun intérêt à intervenir dans les affaires de l'empire."

Ce fut tout ce que le chiss prononca, poliment, avant de se reculer d'un simple pas vers la paroi. Il était là pour observer et ne comptait intervenir que s'il le jugeait nécessaire même s'il jugeait important de faire ce rappel auprès du sith, venu visiblement du futur au vu des propos tenus.

« – L'Empereur a souhaité que je vous rencontre en personne, suite à notre premier et rapide entretien. Il s'est montré vivement intéressé par les idées que vous avez défendu. Revenons-y, voulez-vous ? Développez votre pensée, vous y avez visiblement beaucoup réfléchi. Quelles sont ces tactiques différentes que vous utiliseriez ? »

– Je n’y ai pas vraiment réfléchi à ce point, colonel, je suis un soldat, pas un politicien. Tout se résume à ce qui s’est déjà dit. Éviter les morts inutiles ou les tirs sur des personnes qui ne peuvent pas se défendre. Ne pas agresser des peuples qui ne vous ont encore rien fait, même s’ils semblent menaçants… En résumé, attendre d’être attaqué pour répliquer mais ne pas être l’agresseur. Ce sont les valeurs en lesquelles je crois.

Puis-je savoir de quoi votre Bureau m’accuse, colonel Yularen ? Je ne pense pas avoir récemment commis une erreur qui me vaille ce petit entretien.


Le sith n'y tint plus, son attitude ayant déjà montré qu'il était nerveux, violent. Il frappa le "détenu" sans aucune hésitation.

– Rien fait, n'est-ce pas ? Ni eu de contact avec les Rebelles ou avec les Jedis, je suppose... Ni avec des "amis" venant des Régions Inconnues.

Dit-il en arrachant un bracelet en tissu qu'il exhiba comme un trophée avant de le laisser tomber sur la table. Thrawn ne quitta pas le trio des yeux. Il avait déjà vu l'objet en question et repéré les deux symboles. Ce n'était donc pas vraiment nécessaire de sa part de faire semblant de l'étudier plus que nécessaire.

- Tu as de la chance, Fel. Tu fais parti de ceux que nous devons éviter de tuer... Pour l'instant, du moins. En revanche, il y a beaucoup à dire sur tes véritables allégeances.

– Vous faites erreur. Je n’ai aucun ami dans les Régions Inconnues, je n’ai pas non plus de contact avec la Rébellion. Quant à ce bracelet, sa provenance ne regarde aucun d’entre vous. Si je suis votre adjoint, colonel Yularen, vous m’accusez d’être un Rebelle ?

« – Pour commencer, mon cher "adjoint", je vous prierai de vous contrôler, sinon quittez cette pièce immédiatement. Quant à vous, sergent Fel, il a été prouvé que vous avez des liens avec les Jedis. Des liens même plutôt étroits, avec certains d'entre eux. Concernant ce bracelet, ne vous fatiguez pas à vouloir cacher sa provenance, nous la connaissons. Je suppose que ces symboles doivent vous être aussi très familiers, Amiral Thrawn.

Certains de ces liens ont été noués malgré vous, sergent, l'Empereur a conscience de ce problème. Notre problème actuel est de connaître votre position, dans tout cela. Plus particulièrement sur vos véritables allégeances, comme cela a déjà été souligné. Dois-je vraiment vous accuser d'être un Rebelle ? »


"En effet, je reconnais ces symboles. Je peux même vous dire qui a fait ce bracelet."

D'un pas tranquille, le chiss s'avança et prit le morceau de tissu et leur montra le premier symbole, celui que le sith avait regardé haineusement.

"Celui-ci représente l'Ascendance Chiss et donc mon peuple. Le second est un grade, qui pourrait correspondre à celui de capitaine de corvette. Ce bracelet a été conçu par un enfant de mon peuple, qui a été séparé de son peuple, probablement suite à un combat et la mort de tous ceux présent à bord de son vaisseau. Il a du finir par se retrouver sur Lothal où le sergent Fel l'a découvert et a souhaité l'aider. Je n'y ai vu aucune objection et Nuru a du donner au sergent cet objet en signe de reconnaissance."

Le chiss tendit l'objet dont il était question au pilote, avant de se tourner vers l'autre humain présent, qu'il connaissait bien mieux au vu de leurs nombreuses collaborations passées.

"Je souhaiterais connaître la nature de ses fameux liens, colonel. Peut-être n'existent-ils pas encore ?"

Dit-il sans regarder celui qui devait, selon lui, être à l'origine de ces accusations : à savoir le sith. Si le colonel ne l'avait, d'ailleurs, pas remit à sa place, lui l'aurait probablement fait. De fait, il n'aimait guère la manière dont tournait cet interrogatoire qui pourrait forcer un pilote loyal à remettre en cause cette même loyauté.

_________________

Le Chimaera
Spoiler:
 
DC : Julia Démétriès/Vincent Santel/Meetra Surik/Amelia Nelt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 46
Espèce : Humain
Âge rp : 58 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Interrogatoire en face à face   Mar 13 Mar - 18:34

HJ : Merci pour la réac, Soon

« – Celui-ci représente l'Ascendance Chiss et donc mon peuple. Le second est un grade, qui pourrait correspondre à celui de capitaine de corvette. Ce bracelet a été conçu par un enfant de mon peuple, qui a été séparé de son peuple, probablement suite à un combat et la mort de tous ceux présents à bord de son vaisseau. Il a dû finir par se retrouver sur Lothal où le sergent Fel l'a découvert et a souhaité l'aider. Je n'y ai vu aucune objection et Nuru a dû donner au sergent cet objet en signe de reconnaissance. »

Oh, très bien, dans ce cas, cela voulait peut-être dire que Roan Fel n’avait pas encore contacté son ancêtre ? Yularen devait bien s’assurer de ce point précis, avant toute chose. Et surtout, le faire sans qu’aucun élément perturbateur ne les gêne.

« – Je souhaiterais connaître la nature de ces fameux liens, colonel. Peut-être n'existent-ils pas encore ?

– Un instant. Lieutenant Will. »


Il lui adressa un regard avec un bref sourire et un petit mouvement de tête. Son subordonné et lui avaient déjà très longuement discuté de ce qu’il y avait lieu de faire dans ce genre de situation, en prévision au cours du voyage, car Yularen s’était douté que ce sale type allait leur causer des problèmes. Le soldat hocha la tête puis visa Fel, avant de « malencontreusement » être un peu bousculé au même instant par son collègue et le tir paralysant fut envoyé droit sur Krayt, qui s’effondra, avant d’avoir eu le temps de s’écarter du chemin. Oh, oups, quelle maladresse. Il ordonna aux deux hommes de l’emmener dehors, plus loin, et de garder un œil dessus. En lui précisant bien au réveil que Yularen comptait mener cet interrogatoire à sa manière et qu’il ne requérait aucune assistance, d’une quelconque sorte, mais qu’il fera appel à lui en cas de besoin. Le colonel attendit que ses hommes dégagent ce truc de là et partent avec, retenant un long soupir. Bien, le calme allait pouvoir revenir dans cette pièce, c’était parfait. C’était si prévisible, que ce Sith vienne démolir la trame prévue, affligeant mais prévisible.

« – Cet homme commence à me vriller les nerfs. Reprenons, maintenant. Je souhaite que cette affaire soit réglée avec rapidité. L’Empereur a ordonné une investigation rapide. Vous avez déjà eu des occasions de déserter et vous ne l’avez jamais fait. Cette loyauté doit être prouvée, vous comprenez ? D’autant plus lorsqu’on prend en compte votre dossier. »

Il ne lâchait pas du regard, guettant sur ce visage la moindre petite réaction, le moindre tressaillement, le plus petit mouvement des yeux ou crispations du visage.

« – Sergent Fel, je sais que votre souhait n’était pas d’être lié à ces failles, et encore moins aux Skywalker et Solo. Vous comprendrez facilement, pourtant, que cette famille pose tellement souci à l’Empire qu’il est logique que tous ses membres soient… Sergent ? »

Il s’interrompit et fronça un peu les sourcils, en voyant le pilote blêmir encore plus et le fixer avec un air profondément choqué. L’instant d’après, il eut un bref spasme puis s’effondra pour de bon, tombant de sa chaise, au sol. Yularen avait bondit à son tour et alla s’agenouiller à côté de lui pour le mettre sur le dos, vérifier s’il respirait toujours. Bon, on pouvait dès lors écarter l’hypothèse que Roan Fel l’ait déjà contacté, jamais il n’aurait eu une telle réaction, sinon. On ne pouvait simuler le choc, la surprise ou autre à ce point-là, personne ne s’évanouissait sur commande. Il demanda à faire appeler un membre du personnel soignant, enlevant pendant ce temps-là ses menottes au pilote. Lorsqu’un docteur arriva, Yularen soupira et recula, le laissant faire son travail et ramener leur homme à la conscience. L’Empereur sera satisfait de savoir qu’il n’y avait donc eu aucune tentative de contact entre l’ascendant et le descendant, un très bon point pour Fel. Pour le reste, et bien, il était normal que ce cette petite information produise un choc. On parlait quand même là d’une des pires familles à problème de la galaxie.

« – Cette réaction témoigne en sa faveur, en tout cas, » sourit-il avec soulagement. « C’est parfait, il serait idiot de gâcher des bons éléments. Il reste un dernier point à voir puis nous vous laisserons, amiral. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis suicidaire et je le vis bien
avatar
Messages : 119
Espèce : Humain
Âge rp : 31 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Interrogatoire en face à face   Mar 13 Mar - 21:22

– Pour commencer, mon cher "adjoint", je vous prierai de vous contrôler, sinon quittez cette pièce immédiatement. Quant à vous, sergent Fel, il a été prouvé que vous avez des liens avec les Jedis. Des liens même plutôt étroits, avec certains d'entre eux. Concernant ce bracelet, ne vous fatiguez pas à vouloir cacher sa provenance, nous la connaissons. Je suppose que ces symboles doivent vous être aussi très familiers, Amiral Thrawn.

Ça avait mis longtemps à faire tilt mais voilà, enfin, il avait enfin compris ce qu’on lui reprochait véritablement. Ces failles, ces putains de failles, il avait lui aussi un descendant Jedi arrivé dans cette époque ?! Et donc un descendant qui avait dû vivre dans les Régions Inconnues, à un moment ou un autre. Il n’était plus très loin du malaise, maintenant qu’il comprenait enfin et surtout, qu’il réalisait toutes les conséquences qu’une situation aussi foireuse pouvait avoir. Toutes ces questions sur ses opinions, ses idées… C’était quoi, un… Un fils ou un petit-fils qui avait causé des ennuis à l’Empire et donc on l’accusait, lui, d’avoir « forgé » un nouvel ennemi à l’Empire et donc d’être un traître lui-même, par association ? Putain de… C’était possible de creuser encore ? Comment pouvait-il avoir un Jedi dans sa famille, bon sang ?! Ça touchait tout le monde, ce genre de trucs, ou c’était héréditaire ? Ça voulait dire qu’il allait épouser une Jedi ? Impossible, enfin ! Voilà donc pourquoi le BSI et un seigneur Sith prenaient la peine de se déplacer, le pilote était considéré comme un traître potentiel, à cause de liens familiaux. Ils devaient penser que ce descendant l’avait déjà contacté…

– Certains de ces liens ont été noués malgré vous, sergent, l'Empereur a conscience de ce problème. Notre problème actuel est de connaître votre position, dans tout cela. Plus particulièrement sur vos véritables allégeances, comme cela a déjà été souligné. Dois-je vraiment vous accuser d'être un Rebelle ?

Ce fut un élan qui le traversa, un reste de colère, d’indignation et de fierté, supplantant la peur, qui faillit lui faire crier « Oui » d’un ton de défi. L’Empereur l’accusait car il avait des liens avec des descendants revenus par des failles temporelles ?! On le traitait ainsi parce qu’on le soupçonnait d’être un Rebelle ? Ce Sith le haïssait car le descendant en question avait dû le malmener ? Et tout cela étaient des raisons suffisantes pour s’en prendre à ceux qui n’y pouvaient rien, dans cette affaire ?! Les méthodes Impériales lui donnaient toujours plus envie de vomir et de hurler, seul un bref éclair de lucidité lui rappela d’un coup où il se trouvait et en quelle compagnie. Il lui restait un petit instinct de survie, pas bien élevé mais assez fort pour qu’il referme la bouche avant de renvoyer balader le colonel avec une insulte salée. Réfléchir avant de parler, pour une fois, ne pas sortir de conneries. Surtout avec ce crétin de Sith juste à côté. Soontir fit de son mieux pour se reprendre, se redressant déjà contre le dossier de sa chaise. Mais avant qu’il ne puisse rouvrir la bouche, l’amiral prit le bracelet en lançant qu’il savait qui l’avait fait.

– Celui-ci représente l'Ascendance Chiss et donc mon peuple. Le second est un grade, qui pourrait correspondre à celui de capitaine de corvette. Ce bracelet a été conçu par un enfant de mon peuple, qui a été séparé de son peuple, probablement suite à un combat et la mort de tous ceux présents à bord de son vaisseau. Il a dû finir par se retrouver sur Lothal où le sergent Fel l'a découvert et a souhaité l'aider. Je n'y ai vu aucune objection et Nuru a dû donner au sergent cet objet en signe de reconnaissance.

Comment… Il savait… Tout ça… Comment … ? Soontir pourrait difficilement être plus scié que ça, prenant par automatisme le bracelet qu’il lui rendit, le fourrant dans une petite poche au niveau du cœur. Mais sérieusement, comment ?! Par quel pu** de miracle ?! Comment savait-il ?! Que, quoi, qui... Comment, bon sang ?! Un long tremblement le parcourut, il ne pouvait pas s'en empêcher. Il ouvrit la bouche, puis la referma, et ce trois fois de suite, comme un poisson hors de l'eau. Son regard fit la navette entre l'amiral, le colonel, le Sith et l'officier à côté, cherchant une logique, une explication rationnelle, quelque chose qui lui éviterait de conclure par "tu es cinglé". L'amiral connaissait cet enfant avant, alors ? Et comment avait-il compris pour le reste ? Qu'est-ce que... Un certain mal de tête commençait à le gagner, il se entait jeté au milieu d'une situation où il ne comprenait plus rien, où plus rien n'avait le moindre sens.

– Je souhaiterais connaître la nature de ces fameux liens, colonel. Peut-être n'existent-ils pas encore ?

– Un instant. Lieutenant Will…

Soontir eut un brusque sursaut lorsque l'officier le visa lui puis tira un rayon paralysant droit sur Krayt, qui s'effondra au sol dans un grand boum. Interloqué, il ne réagit pas immédiatement, clignant des yeux en regardant les deux agents partir de la pièce en emmenant le Sith. Le colonel avait des méthodes plutôt... expéditives. Lorsque la porte fut refermée, Yularen reprit la parole, tandis que Fel s'obligeait à se concentrer. Il commençait vraiment à se sentir mal, maintenant... Le coup de l'amiral, qui avait sorti si naturellement l'affaire avec Nuru, avait beaucoup contribué à saper ce qui restait de ses forces, déjà malmenées par tout le reste. Il aurait fait un espion lamentable, décidément, bien trop nerveux pour ce genre de travail. Il devait donc prouver sa loyauté, une fois de plus, oui, très bien... Soontir hocha mécaniquement la tête. Ça faisait beaucoup, pour les nerfs. D’abord se faire jeter en cellule sans aucune raison, puis la rencontre musclée avec un seigneur Sith, puis l’interrogatoire, puis la découverte qu’il avait un Jedi comme descendant, puis le fait que Thrawn soit parfaitement au courant pour Nuru, c’était beaucoup en une seule journée ! Il se sentait épuisé, d’un seul coup, il avait l’impression de vivre un long cauchemar.

– Sergent Fel, je sais que votre souhait n’était pas d’être lié à ces failles, et encore moins aux Skywalker et Solo. Vous comprendrez facilement, pourtant, que cette famille pose tellement souci à l’Empire qu’il est logique que tous ses membres soient… Sergent ?

Lié aux Skywalker et aux Solo... Failles... Le choc l'avait envahi tout entier, une fois de plus, mais cette fois-ci, c'était un coup de grâce. Soontir sentit des picotements lui remonter dans les jambes et les bras, son audition se brouilla, puis sa vue, alors que le malaise le saisissait tout entier. Sa rencontre brutale avec le sol ne lui atteignit pas le cerveau et un moment, ce fut le noir complet, plus de sons, plus de rien. Il aurait pu s'écouler juste dix minutes ou bien dix heures, lorsqu'il entendit à nouveau des voix autour, il serait bien incapable de le savoir. Une odeur très âcre lui passa sous le nez, assez forte pour qu'il revienne à la réalité. Allongé par terre, les mains libres bizarrement, un plafond noir... Que s'était-il passé... La mémoire lui revint un instant, un peu brouillée, puis il sursauta un peu en se souvenant de ce qu'on lui avait balancé. L'homme avec une blouse blanche au-dessus grogna puis lui appuya sur les épaules avec un grognement, en lui disant d'arrêter de s'agiter comme ça.

– C'était un cauchemar, hein ? murmura-t-il.

Pas vrai ? Tournant la tête, il eut la désagréable surprise de voir que le trio de toute à l'heure était toujours là et donc que non, ce n'était pas un simple cauchemar. Oh bon sang... Bon sang... Il avait un descendant Jedi en liberté dans la nature et en plus, comme si ça ne suffisait pas comme problème, sa famille se retrouvait liée au pire clan de chieurs et d'anti-Impériaux de toute la galaxie ! Il réussit à se rasseoir puis se frotta les yeux, encore un peu sonné.

– Donc... J'ai un descendant Rebelle et Jedi, qui est lié à la famille Solo et Skywalker ... ? Et l'Empereur croit que moi aussi, je vais... Mais qu'est-ce que vous voulez que je fasse ?! Je n'ai jamais déserté alors que j'ai eu des occasions de le faire, ce n'est pas assez comme preuve ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stratège Ultime
avatar
Messages : 328
Comptes : Larin, Julia Démétriès, Vincent Santel, Meetra Surik
Espèce : Chiss
Âge rp : 57 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Interrogatoire en face à face   Mar 27 Mar - 22:39

Si le chiss fut surpris de voir le lieutenant tirer, l'arme a pleine puissance pour que le rayon paralysant passe l'armure du sith, cela ne fut pas visible. Toutefois, il nota qu'en effet, c'était le sith qui était sous les ordres de Yularen, et devina plusieurs implications possibles là-dedans. Ensuite, le représentant du BSI expliqua les reproches de l'empire au sergent Fel. Comme l'avait suspecté le grand amiral, il s'agissait des relations qu'aurait sa descendance. Celle-ci se mêlerait aux Skywalker et aux Solo mais à quel degré ? Ce fut de trop pour le pilote qui eu un malaise, s'évanouissant, le peau pâle.

Thrawn s'avança d'un pas, retirant un gant pour prendre le pouls de son subordonné. Il se redressa ensuite et se tourna vers le vieil homme.


– Cette réaction témoigne en sa faveur, en tout cas. C’est parfait, il serait idiot de gâcher des bons éléments. Il reste un dernier point à voir puis nous vous laisserons, amiral. »

"Il faudra agir plus précautionneusement à l'avenir. Cet homme n'est pas du genre à trahir, sauf s'il ne voit que cela pour rester en vie, colonel. Bien, je vous écoute, enfin, si vous désirez en parler ici."

Il s'arrêta devant l'intercom, ordonnant que l'on envoie un médecin dans la salle. Discutèrent-ils ? Allez savoir mais en tout cas, le médecin arriva en quelques minutes, s'occupant alors du jeune pilote, l'aidant rapidement à reprendre conscience.

"– C'était un cauchemar, hein ? Donc... J'ai un descendant Rebelle et Jedi, qui est lié à la famille Solo et Skywalker ... ? Et l'Empereur croit que moi aussi, je vais... Mais qu'est-ce que vous voulez que je fasse ?! Je n'ai jamais déserté alors que j'ai eu des occasions de le faire, ce n'est pas assez comme preuve ?

"L'Empire n'a plus aucun doute quand à votre loyauté, instructeur. Quand à l'avenir, il ne sera plus le même que celui qu'on connu ceux venu du futur. Je vous conseille de vous reposer et de ne parler de tout cela à personne, sergent Fel."

_________________

Le Chimaera
Spoiler:
 
DC : Julia Démétriès/Vincent Santel/Meetra Surik/Amelia Nelt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 46
Espèce : Humain
Âge rp : 58 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Interrogatoire en face à face   Mer 28 Mar - 12:27

« – Il faudra agir plus précautionneusement à l'avenir. Cet homme n'est pas du genre à trahir, sauf s'il ne voit que cela pour rester en vie, colonel. Bien, je vous écoute, enfin, si vous désirez en parler ici.

– Il n’est certes pas du genre à trahir mais je ne sous-estime pas non plus l’importance qu’il attache à la protection de sa famille ou de Corellia. L’Empereur ne désire pas la mort de cet homme, en revanche, il l’estime utile pour attirer Roan Fel dans un piège. Il y a des chances que ça fonctionne, les membres de cette famille sont d’une loyauté extrême les uns envers les autres. Vous êtes vous-même bien placé pour le savoir, c’est ainsi que vous avez capturé la princesse Organa sur Alderaan. »


Le colonel s’interrompit lorsque le docteur arriva dans la salle puis alla s’agenouiller à côté du pilote évanoui pour juger de son état. Quelle émotivité, tout de même, ce pilote ne faisait donc jamais les choses à moitié. Le BSI avait l’habitude que des prisonniers perdent conscience durant les interrogatoires, soit parce qu’on les avait un peu trop secoués, soit parce qu’ils étaient tellement à bout de nerfs qu’ils craquaient. Il suffisait de patienter et reprendre une fois qu’ils étaient revenus à eux. Au moins, le Sith n’était plus avec eux, le colonel se chargera bien d’expliquer à l’Empereur pourquoi il avait cru bon de le faire sortir, et comme ce n’était pas un homme à obéir sagement, le tir paralysant avait évité une discussion houleuse et sans intérêt. Bon débarras, comme on dit.

« – Par ailleurs, un détail… Les communications que les agents de Krayt avaient intercepté, de Roan Fel, étaient toutes faites en sy bisti ou en dialectes utilisés dans les Régions Inconnues. Si cet homme n’est pas né là-bas, il y possède en tout cas des connexions solides. A l’époque d’où vient notre « ami » Sith, le conseil des Moffs soupçonnait les Chiss de le cacher sur Csilla. Nous aurons besoin à nouveau de vos talents comme interprète, lieutenant-colonel Vanto. »

Il adressa un bref sourire amical au jeune homme, il l’appréciait bien, puis se rassit. En attendant que le docteur s’occupe de réveiller Fel, Yularen prit note de ce qui s’était produit pour l’instant et fit un résumé qu’il modifiera plus tard avant de l’adresser à l’Empereur. Ils. Yularen porta un regard paisible sur le pilote lorsqu’il commença à montrer des signes de réveil puis se réveilla finalement, dans un sursaut, contrariant du même coup l’infirmier venu les aider et qui le repoussa contre le sol en lui disant d’arrêter d’autant s’agiter. Les Corelliens… Ceci étant, Wullf n’aurait pas aimé non plus apprendre qu’il était lié aux Solo, d’une manière ou d’une autre. Il y avait, ainsi, des personnes qu’il était préférable de ne pas approcher.

« – C'était un cauchemar, hein ? »

Simple murmure empli d’espoir, un espoir qui s’éteignit vite lorsque leur homme réalisa où il était et avec qui. Lui-même aurait aimé que ce ne soit qu’un cauchemar, en effet, que toutes ces failles n’aient été qu’un songe mauvais, une hallucination, que tout revienne à la normal et qu’ils n’aient pas besoin de composer avec tant de paramètres gênants supplémentaires. Le colonel fit un bref hochement de tête, qui n’engageait à rien, pendant que le pilote se redressait. Ce n’était pas tant la mort que cet homme risquait, face à l’Empereur, d’après ce que Yularen avait compris, ils ne devaient mettre à mort aucun des membres de cette famille pour ne pas risquer de faire disparaître ceux dont ils avaient besoin et qui étaient visiblement en bout de lignée. Cela dit, il serait naïf de croire Palpatine incapable de faire souffrir affreusement une personne tout en lui épargnant ne serait-ce qu’un bref souffle de vie. Bien au contraire, l’agent du BSI savait à quel point leur Empereur pouvait être créatif, lorsqu’il le voulait. Par ailleurs, s’il ne voulait pas se donner la peine d’agir par lui-même, il commandait assez de personnes spécialement entraînées à ce genre de « travail » et qui seront ravies de s’en occuper.

« – Donc... J'ai un descendant Rebelle et Jedi, qui est lié à la famille Solo et Skywalker ... ? Et l'Empereur croit que moi aussi, je vais... Mais qu'est-ce que vous voulez que je fasse ?! Je n'ai jamais déserté alors que j'ai eu des occasions de le faire, ce n'est pas assez comme preuve ?

– L'Empire n'a plus aucun doute quand à votre loyauté, instructeur. Quand à l'avenir, il ne sera plus le même que celui qu'on connu ceux venu du futur. Je vous conseille de vous reposer et de ne parler de tout cela à personne, sergent Fel.

– Une dernière chose, avant cela, sergent…  »


Il attendit que le docteur l’ait aidé à se relever, s’assurant aussi qu’il n’allait pas retomber au sol sans crier gare. Dans le fond, Wullf comprenait les inquiétudes de Palpatine, ce qui s’était déjà produit par le passé… Pinçant un peu les lèvres, il attendit que Fel soit de nouveau prêt à écouter, tapotant légèrement du bout des doigts contre la table.

« – Lorsque le rapport aura été remis à l’Empereur, vous recevrez des indications, concernant la suite de cette affaire. D’ici, veillez à faire profil bas. La présence Sith va s’accroître auprès des officiers, dans la Marine… Si des ennuis se font, comme toute à l’heure, contactez-moi. Ou bien contactez directement le Grand Moff Tarkin. »

Il aura plus de poids que lui-même, auprès de l’Empereur, pour faire cesser certains actes ou faire bouger les choses, Palpatine lui prêtait une bonne intention. Une relation de travail bien solide étant donné que chacun offrait un intérêt à l’autre, ce n’était que politique et jeux de pouvoirs. Yularen se leva enfin, rangeant son datapad et signant là la fin de l’entretien. Il avait à faire sur Coruscant, à présent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis suicidaire et je le vis bien
avatar
Messages : 119
Espèce : Humain
Âge rp : 31 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Interrogatoire en face à face   Mer 28 Mar - 14:42

– L'Empire n'a plus aucun doute quand à votre loyauté, instructeur. Quand à l'avenir, il ne sera plus le même que celui qu'on connu ceux venu du futur. Je vous conseille de vous reposer et de ne parler de tout cela à personne, sergent Fel.

– Une dernière chose, avant cela, sergent…

C’était formidable… Absolument formidable… Apprendre que l’Empereur en personne s’intéressait à votre cas était tout sauf rassurant… Le pilote ne se souvenait pas de s’être déjà retrouvé dans une merde aussi noire, même le jour du procès où il avait bien failli passer devant un peloton d’exécution. L’infirmier le prit par le bras pour l’aider à se relever puis il se retrouva de nouveau assis face au colonel. Plus que la nervosité, c’était aussi la colère qui l’habitait. Il n’avait jamais demandé tout ça ! Et on en pouvait pas choisir sa famille non plus ! Par contre, on pouvait choisir les liens à conserver, ou non, avec elle, c’était la seule possibilité. Mais bon sang, même si ce descendant se promenait actuellement dans la nature en aidant les Rebelles, qu’est-ce que pouvait bien lui faire d’avoir un grand-père ou arrière grand-père au boulot pour l’Empire ? Il devrait déjà le savoir et être habitué à l’idée ! Que voulait l’Empereur, qu’il fasse semblant de déserter pour retrouver ce descendant-Jedi et le piéger ?

– Lorsque le rapport aura été remis à l’Empereur, vous recevrez des indications, concernant la suite de cette affaire. D’ici, veillez à faire profil bas. La présence Sith va s’accroître auprès des officiers, dans la Marine… Si des ennuis se font, comme toute à l’heure, contactez-moi. Ou bien contactez directement le Grand Moff Tarkin.

L’idée du piège était confirmée. Donc soit en parlant lui-même vers les Rebelles, soit en attirant son descendant vers l’Empire. Dans un cas comme dans l’autre, Soontir allait servir d’appât… la loyauté familiale, hein… Avait-il le choix ? S’il refusait, il sera tout bêtement exécuté. S’il acceptait, c’est son descendant qui sera exécuté. Un petit frisson lui remonta dans la nuque, pendant qu’il réalisait l’impact réel de la situation. Ce descendant, ce n’était pas juste un homme surgi d’une faille dont il n’avait jamais entendu parler avant aujourd’hui, c’était aussi sa chair, son sang, son fils, petit-fils, ou arrière petit-fils, pas un simple inconnu dont il n’avait que faire ! Solo, Skywalker, on se fichait de savoir ça, finalement, puisqu’on parlait tout de même d’un homme qui était issu de vous, de plus ou moins longtemps.

D’ici là, des « ennuis », il risquait d’en avoir, oui… Soontir se voyait cependant très mal contacter le BSI à cause de ça et encore moins le Grand Moff ! Il salua le colonel lorsqu’il sortit, mettant un petit instant à réaliser que non, il n’allait pas finir tout de suite devant la Cour Martiale. Le pilote reporta le regard sur le Grand Amiral, prêt à lui demander comment il avait su pour le petit Nuru, puis se ravisa au dernier instant, pas la peine de remettre cette histoire-là sur le tapis… Et puis, quelle importance, la façon dont il avait su ? Le principal était que le petit soit en sécurité et ait pu retourner auprès des siens, auprès des Jedis, tant pis s’il ne comprenait pas le reste. Il se contenta donc de saluer les deux officiers restant et sortit avec le docteur, qui lui insistait pour lui faire avaler il ne savait quoi, une sorte de calmant. Mais ça allait parfaitement bien, merci ! Il devait juste… prendre le temps de réfléchir à tout ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Infos fermées
MessageSujet: Re: Interrogatoire en face à face   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interrogatoire en face à face
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» Mission III : face à face (seconde vague)
» Sans malice et Kakakok; Un Face à face
» Face à face [PV]
» Speed Dating

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Coeur de la Force :: Bordure Intérieure :: Onderon-
Sauter vers: