Après une vaste pandémie galactique, il faut reconstruire
 
News hrp
Mars.2016Version 1
Avril.2017version 2
News hrp
Mars /avril.2018Le forum a deux ans
23.08.2018Le forum fait peau neuve pour la rentrée
NoteManaan n'est plus
équipe administrative
Rosas
Fondatrice
Obi Wan
Co Fondateur
Luke
Administrateur
Laura
Modératrice
Event en cours
Une expédition de sauvetage a lieu dans les Régions Inconnues, pour retrouver les survivants d'un crash ayant eu lieu trente ans plus tôt. L'équipage le plus invraisemblable qui soit y participe. Mais réussiront-ils ? lien de l 'event
contexte
Après plusieurs mois de lutte contre une épidémie qui a ravagé la galaxie et décimé plusieurs milliards de personnes, il faut reconstruire.

L'Empire envoie son aide et son soutien en urgence plus les planètes les plus touchées comme Lysatra ou encore Odessen.
Derniers messages

Partagez | 
 

 Tisser des liens entre les personnes [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 52
Espèce : Chiss
Âge rp : 48 ans
Infos fermées
MessageSujet: Tisser des liens entre les personnes [Libre]   Sam 11 Aoû - 20:06

Normalement, il n'était pas prévu que Ewime aille si tôt sur Nirauan pour y travailler, elle s'était décidée de partir plus tôt pour échapper à son frère, si on pouvait dire ça... Depuis son agression sur la station, il la couvait d'une manière inimaginable et elle le supportait de moins en moins. Pour en éviter d'arriver à devoir lui hurler qu'elle allait bien, elle préférait s'éloigner dans un endroit où elle savait qu'il ne la suivra pas. Il n'y avait encore que des humains, pratiquement, sur la base, mais peu importe, elle donnerait n'importe quoi pour parvenir à fuir son frère, en ce moment. Une fois son sac bouclé, elle l'emporta dans la petite navette, qui attendait sur le toit de la maison. Formbi rechignait toujours contre cette idée, pourtant, il finira bien par comprendre, elle en était convaincue. Ah là là, son frère n'aimait pas grand-chose, il fallait bien l'avouer... Elle l'avait toujours connu ainsi, plus brusque et colérique, et s'était toujours demandé pourquoi. Il n'avait pourtant pas été élevé pour avoir ce caractère, bien au contraire, il s'était peut-être passé quelque chose avant qu'elle-même ne vienne au monde.

Le trajet jusqu'à Nirauan n'était pas si long que ça et il se déroula dans un silence presque mortel. Elle s'y rendait avec trois autres membres de son peuple, qui eux aussi voulaient participer au projet, et l'ambiance était encore particulièrement lourde. La Flotte de défense avait perdu, selon le Conseil des Familles, 21% des ses forces, ce qui ne représentait pas rien. Quand même ce chiffre était moindre en comparaison de ce qui s'était produit dans la galaxie, peu se le disaient, plutôt choqués par le fait que jamais aucune autre attaque ou guerre n'avait déjà porté un coup pareil à la Flotte Chiss. Les armes biologiques étaient particulièrement horribles... Ewime restait effarée devant un nombre aussi élevé de morts, que ce soit dans les Régions Inconnues ou ailleurs, l'Histoire en restera marquée profondément à jamais. En arrivant sur Nirauan, la tension n'était pas plus basse, loin de là. La diplomate comprit très vite que la peur instillée dans tous les cœurs poussait aussi à la méfiance envers les autres, que ce soit les hommes entre eux ou envers les autres peuples. Elle sentait les regards, voyait parfois les gestes de défiance ou commentaires chuchotés.

Un peu plus tard, après leur arrivée, Ewime vit tout à coup au détour du camp de base le commandant Park qui fixait un écran assez peu large, où défilait des chiffres, avec un air profondément malheureux. S'approchant, Ewime lui demanda doucement s'il allait bien et il sursauta, il n'avait pas dû l'entendre arriver, avant d'hocher très vite la tête et dire que oui, tout allait très bien. D'un ton qu'on prenait lorsque ça n'allait pas du tout mais qu'on essayait de le cacher pour ne pas inquiéter les autres, autrement dit, le ton qui ne trompait absolument personne, même si on en était soi-même convaincu. Pas la peine de chercher bien loin pour comprendre pourquoi il tirait cette tête... Ewime ne savait pas vraiment quoi lui dire pour lui remonter le moral. Elle ignorait même s'il y avait perdu des amis, des proches, ou s'il était affligé par le problème à plus large échelle. Le soldat finit par lâcher d'un ton lourd qu'il n'arrivait toujours pas à croire qu'un désastre pareil ait pu arriver. Ewime ne connaissait pas très bien les expressions humaines mais là, elle aurait juré qu'il était au bord des larmes.

« Vous avez perdu des amis ? se risqua-t-elle à demander. »

Il hocha la tête, n'ajoutant plus rien et elle-même préféra se taire. rare étaient ceux qui n'avaient perdu aucun proche ou parent dans cette sale affaire... Le commandant s'excusa tout à coup et éteignit l'écran, repartant à très grands pas vers son travail. Restée seule, Ewime marcha un peu vers les bords de la jungle et fin des chantiers.Il n'y avait rien à dire, juste à avancer... Elle ignorait même ce qu'elle aurait pu faire de plus, dans l'épidémie, à part apaiser au maximum la douleur des personnes...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 28
Espèce : Chiss
Âge rp : 38 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Tisser des liens entre les personnes [Libre]   Sam 18 Aoû - 14:51

C’était terminé, à présent. Le sol se rapprochait de plus en plus vite et ils savaient tous les deux qu’ils ne pourront pas s’en sortir vivants. Mais les survivants à l’attaque, eux, pourront sans doute s’en tirer, ils étaient le plus éloigné possible du point d’impact. La Flotte de Défense allait sûrement très vite les retrouver et leur permettre de rejoindre la République, leurs familles. Quand à ce vaisseau, il sera gardé sous la responsabilité de la Flotte et restera caché ici, loin des familles. Tout ira bien, par la suite. Et il avait beau se répéter ça, la peur ne se dissipait pas pour autant. Il n’avait pas imaginé terminer son existence ainsi… Il pensa à son frère, lui adressant un adieu mental, les yeux fermés. Il s’en sortira sûrement… Il en avait les capacités.

Un réflexe lui fit enlacer Lorana et essayer, vainement, de la protéger de son propre corps quelques secondes avant l’impact. Il savait pourtant très bien que c’était inutile, plus rien ne pouvait les sauver maintenant. Le choc fut brutal, mortel, Thrass n’eut que le temps de penser une dernière fois à sa famille avant que le noir ne le prenne toute entier, après avoir ressenti une très vive douleur et senti une dernière fois le cœur de la Jedi battre vivement contre le sien. On aurait pu croire qu’une fois mort, on ne ressentait plus rien, on ne voyait plus rien, on ne pouvait plus rien songer. Et pourtant… Ce n’était pas le long sommeil de paix promis… Thrass ne sentait plus rien, ni douleur ni sensation, mais il était « conscient ». Une conscience qui lui échappait, évaporée, comme si son esprit flottait dans un monde trop vaste et puissant pour qu’il puisse comprendre.

Puis les sensations revinrent. Un souffle presque brûlant dans le creux de la gorge.

Un souffle bien plus léger s’échappa de ses lèvres. Il était allongé, sur ce qui semblait être un lit ou une couchette, les yeux clos et le corps perclus de vives douleurs, comme d’immenses courbatures le prenant après un effort trop vif. Son cœur battait, vivement, régulièrement, et s’il ne pouvait toujours pas rouvrir les yeux, il entendait de mieux en mieux des voix autour de lui. Des voix multiples, éloignées d’au moins deux ou trois mètres. Un langage… Du Basic ? L’information mit un moment à se tailler un chemin dans son esprit encore très embrumé. Le crash… Comment avait-il pu survivre à ça ? Et qui les avaient trouvés, si ce n’était pas son peuple ? Des contrebandiers ? C’était insensé… Il aurait dû avoir tous les os du corps réduits en poussière, au minimum, on ne se tirait pas de ça sans des blessures graves, à défaut de la mort.

Une ou deux voix, s’exprimant en Cheuhn, retentirent non loin, au milieu de celles parlant en Basic. Un détail assez étrange pour que Thrass réussisse enfin à ouvrir les yeux, d’abord faiblement. Il était… vivant ? Et Lorana ? Où était-elle ? Sans bouger, il ressentit la chaleur ambiante, plus élevée, comprenant peu à peu en tournant la tête qu’il se trouvait dans une sorte de camp de base militaire, temporaire, entouré par la jungle et le bruit de travaux. Il était allongé sur un lit de camp, un peu à l’écart, près de ce qui avait l’air d’être des cartons remplis de pièces et des sacs de rangement. Se réveiller dans un hôpital l’aurait bien moins choqué. Lorana n’était visible nulle part. Etait-elle mo… Non, non, s’il avait survécu, elle aussi. Sûrement.

ʺVous êtes réveillé ?ˮ

Thrass tourna le regard vers l’humain qui venait de parler, un homme d’une bonne quarantaine d’années, à vu de nez, vêtu d’un uniforme militaire que le Chiss ne reconnaissait pas. Il se présenta comme le capitaine Parck, commandant de l’Empire, sur cette nouvelle station sur Nirauan. Quel Empire… ? Et que faisait un soldat humain sur un monde des Régions Inconnues ?

ʺUne de vos compatriotes vous a trouvé, toute à l’heure près de la lisière de la jungle, évanoui. Qui êtes-vous ? Et quel est votre dernier souvenir ?ˮ

ʺEvanoui à la…ˮ murmura-t-il. ʺC’est impossible. Je devrais être mort.ˮ

Il avait beau chercher, il ne voyait absolument aucune explication logique à tout ça. Le commandant avait un air bizarre, comme s’il avait une très mauvaise nouvelle à lui annoncer mais ignorait comment s’y prendre. Pendant ce temps, Thrass parvint à se redresser, d’abord en s’appuyant sur les coudes puis en parvenant à s’asseoir, vacillant dangereusement.

ʺIl me faudrait tout de même votre nom,ˮ insista l’humain, l’air un peu tendu.

ʺMitth’ras’safis,ˮ soupira le Chiss d’un ton las. ʺJ’étais seul, lorsqu’on m’a trouvé ?ˮ

ʺA ma connaissance, oui.ˮ

Il s’écarta et lui dit qu’il allait chercher celle qui l’avait trouvé. Thrass profita de ce temps-là pour souffler un grand et coup et reprendre ses esprits. Il se sentait… affaibli. Très bizarre. Comme s’il se relevait à peine de graves blessures l’ayant obligé à conserver le lit longtemps. Ce fut une femme de son peuple qui arriva ensuite. Elle avait un air familier, bizarrement, bien qu’il ne sache pas qui elle était. Le déclic lui vint lorsqu’elle se présenta, il connaissait au moins son nom, c’était la sœur de « l’adorable » Aristocra de la cinquième famille. En revanche… Elle était censée être beaucoup plus jeune que cela, non ? Il avait souvenir qu’elle était encore une ado, voire une enfant. A moins que Formbi n’ait une autre sœur, plus âgée, qu’est-ce qu’il en savait, après tout.

ʺJe me nomme Mitth’ras’safis,ˮ se présenta-t-il en la saluant dans les formes. ʺRavi de vous rencontrer. Pouvez-vous m’expliquer ce qui est arrivé ? Comment avez-pu retrouver le vaisseau si vite après le crash, comment… Lorana a-t-elle survécu, elle aussi ?ˮ

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 52
Espèce : Chiss
Âge rp : 48 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Tisser des liens entre les personnes [Libre]   Sam 18 Aoû - 19:25

Il y avait eu comme une sorte de… De… De « flou » étrange, comme si la jungle frémissait d’un seul coup, et c’est ensuite qu’elle l’avait vu. Un homme effondré au sol et évanoui, qui ne se trouvait pas là à peine trente secondes plus tôt. Ewime s’était précipitée aussitôt en appelant à l’aide, retournant l’homme sur le dos pour voir qui il était. Un Chiss, tout comme elle, mais qu’elle ne reconnaissait pas, bien qu’il ait un air familier. Il lui rappelait une autre personne mais qui… ? Laissant de côté cette question pour le moment, elle lui fit un examen sommaire pour s’assurer qu’il n’était pas gravement blessé, voyant rapidement qu’il devait être du clan Nuruodo, étant donné ses vêtements. Des hommes arrivèrent peu de temps après, alertés par son cri, puis firent glisser le nouveau venu sur un brancard pour l’emmener. Ewime suivit avec un léger temps de retard, un peu empêtrée dans les branches et herbes épaisses de la jungle à cause de sa robe. Au moins ne portait-elle pas de talons, par bonheur, cela aurait été une horreur pour se déplacer, sur cette planète. Elle rejoignit la base où moment où Parck revenait et demandait ce qui s’était encore passé. Et bien… Elle n’était pas très sûre d’elle, mais pensait que la responsable de la situation était la Force, encore une fois.

C’était la seule explication possible… Il y avait peut-être un peu plus des leurs qui étaient sensibles à la force, consciemment ou pas, qu’ils ne voulaient bien s’avouer. Elle attendit patiemment en attendant que le médecin du camp examine le nouveau venu, plus sérieusement. Il revint au bout d’un moment pour leur dire que l’homme n’avait aucune blessure, pas plus qu’une maladie, et que ce n’était peut-être que le choc du « passage » qui le tenaillait… il était assez gêné et peu sûr de lui, ce qui pouvait se comprendre, personne ici ne comprenait vraiment ces failles et ce qui les produisait. Quant à la Force, encore moins. Il s’écoula presque trente minutes avant qu’elle ne revoie le commandant Parck. L’homme s’était éveillé et avait dit se nommer Mitth’ras’safis. Ewime sentit son estomac se retourner, tandis qu’elle se levait et aller à sa rencontre. Ce n’était pas possible ! Elle connaissait cet homme, de nom du moins, mais il n’était ni un Jedi ni un Sith… Il n’aurait jamais eu conscience de ce pouvoir sommeillant en lui ? Et si non… S’il était ici, maintenant… En arrivant près de lui, elle se reprit et se présenta, avec politesse, toujours sans savoir comment elle allait bien pouvoir lui expliquer la situation. C’était complètement insensé, et pourtant, si réel.

« Je me nomme Mitth’ras’safis. Ravi de vous rencontrer. Pouvez-vous m’expliquer ce qui est arrivé ? Comment avez-pu retrouver le vaisseau si vite après le crash, comment… Lorana a-t-elle survécu, elle aussi ? »

« Lorana… Jinzler ? Hum, oui, elle va bien. »


La diplomate avait été légèrement prise au dépourvu, elle s’était attendue à ce qu’il demande des nouvelles de son frère, de l’Ascendance, des survivants qu’il avait voulu mettre à l’abri, pas qu’il s’inquiète aussitôt de la jeune Jedi. La dernière fois qu’Ewime l’avait vue, c’était sur le vaisseau-amiral de Veeren, juste avant qu’elle ne parte avec Luke, rejoindre le reste de l’Ordre. Alors debout et bien portante, elle allait bien mieux qu’au cours des derniers mois. Elle alla chercher un petit siège et s’installa près du lit du camp, où était assit Thrass, posant les mains sur les genoux, contre sa robe. Par quoi commencer… Sans être une experte de la situation, il lui semblait très ardu d’être assez clair et ne pas raconter n’importe quoi. Elle resta un instant silencieuse, avant de se lancer doucement. Tout d’abord lui certifier qu’elle ne comptait pas lui raconter d’histoires, bien qu’il doive déjà s’en douter. Elle choisit ses mots en répétant malgré elle, sans le réaliser, ceux donnés par le maître Skywalker et Feesa pour expliquer leur situation, lorsqu’ils étaient à la maison.

Expliquer ce qu’avait fait la Force avec les failles fut sans aucun doute le plus compliqué et le plus étrange, elle passa déjà presque vingt minutes sur cette seule étape. Déjà pour être la plus claire possible, ensuite pour qu’il comprenne bien qu’elle ne lui mentait pas. Ça devait être si dur à avaler quand on était touché soi-même directement… Surtout avec ce que cela impliquait pour lui, qu’il était mort depuis près de trente ans, que Lorana était morte avec lui, et que tous deux avaient ensuite été les jouets d’une entité mystérieuse et puissante, les ayant jeté dans un autre temps que le leur. Elle était désolée de lui apprendre ça de cette façon, c’était très… Très compliqué. Autant pour lui de devoir vivre ça que pour l’entourage. Tout en parlant, elle faisait des petites pauses régulières pour lui laisser le temps d’intégrer cette affaire et également répondre à ses questions s’il lui en venait. Ils n’avaient même pas retrouvé le vaisseau, encore, bien qu’une expédition était en train d’être montée en ce moment-même, sur les indications de Feesa. Veeren avait voulu attendre la fin de la pandémie avant d’organiser quoi que ce soit.

« Je suis consciente que ça fait vraiment beaucoup à avaler. Récemment, il y a beaucoup de troubles, en plus de ces failles. Une grave pandémie s’est répandue dans la galaxie et a fait des milliards de morts. Votre frère aussi est tombé malade mais il va mieux, j’avais surveillé son état pendant les moments où il ne pouvait rien remarquer. Vous devriez vous reposer, avant d’entendre la suite, vous avez l’air… Assez fatigué. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 28
Espèce : Chiss
Âge rp : 38 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Tisser des liens entre les personnes [Libre]   Sam 18 Aoû - 21:14

ʺLorana… Jinzler ? Hum, oui, elle va bien.ˮ

Thrass fut soulagé d’entendre ça, apprendre qu’il avait survécu alors qu’elle était mal lui serrait le cœur. Il sourit même, en entendant ça, un sourire qu’il perdit très vite en voyant l’air très grave de son interlocutrice et son attitude. Que se passait-il ? Il ne bougea pas, le temps qu’elle aille chercher un tabouret, il ne serait pas encore en état, de toute façon. Et ça débuta mal… Quand une personne commence par un « Je vous garantie que je ne vous raconte pas d’histoires », on pouvait s’attendre au pire ! Et il ne fut pas déçu… Le ton était doux, les paroles choisies avec soin, ça n’empêcha pas Thrass d’avoir l’impression de recevoir l’équivalent de plusieurs kilos de pierres sur le crâne. Le déni, tout d’abord, le frappa en bloc, il ne pouvait juste pas accepter ce qu’il entendait pas accepter un récit si improbable ! Et pourtant, pourtant…

Il l’interrompit plusieurs fois pour lui poser des questions, demander des détails, comprendre au maximum que c’était bien réel et pas un simple cauchemar. Entendre qu’on était vraiment mort puisqu’une sorte de… Un pouvoir immense et bizarre vous avait attrapé dans le néant pour vous rejeter à nouveau, corps et âme, dans un futur de presque trente ans. Impossible ! Mais sinon, comment se serait-il trouvé ici, sur cette planète ? Mort, puis venu ainsi… Il se souvenait si clairement du moment de l’impact, l’avoir rêvé n’était pas possible. Son visage habituellement impassible reflétait à présent un trouble des plus immenses, il lui était impossible de dissimuler le choc énorme que cette histoire lui causait.

La Force, il ignorait ce que c’était, n’en connaissant que grossièrement le principe grâce à Lorana, ses connaissances étaient très maigres… Comment cette entité pouvait-elle être d’une pareille puissante, assez pour arracher des morts au repos éternel et les envoyer ici ? Des morts… qui étaient sensibles à elle ? Cette idée lui fit remonter un long frisson le long de la colonne vertébrale. Se savoir être le jouet d’une sorte de pouvoir mystique… Et donc Lorana était revenue elle aussi d’entre les morts… L’envie de la voir le prit, de lui parler, li tenir la main et lui dire qu’il était au moins heureux qu’ils aient pu accomplir leur devoir. Il voulait aussi revoir son jeune frère, savoir s’il allait bien, s’il n’avait pas eu trop d’ennuis après son départ. Il n’avait pas même pu lui dire adieu, avant de partir vers la mort.

ˮJe suis consciente que ça fait vraiment beaucoup à avaler. Récemment, il y a beaucoup de troubles, en plus de ces failles. Une grave pandémie s’est répandue dans la galaxie et a fait des milliards de morts. Votre frère aussi est tombé malade mais il va mieux, j’avais surveillé son état pendant les moments où il ne pouvait rien remarquer. Vous devriez vous reposer, avant d’entendre la suite, vous avez l’air… Assez fatigué.ʺ

ˮJe vais très bien,ʺ assura-t-il.

En réalité, non, ça n’allait absolument pas. Effectivement, c’était vraiment beaucoup à avaler, on ne digérait pas comme ça qu’on avait fait, carrément, un bond dans le temps et qu’on était en plus lié à une sorte de pouvoir mystique et incompréhensible. Il voulut se lever, sans doute un peu trop vite, sentant ses jambes se dérober sous lui, et il dû se laisser retomber sur le lit. Un vertige le prit au même instant et il sentit que Chaf’ewime’asu l’aidait à se rallonger sur le lit de camp. Tout va bien, il… Il devait juste intégrer ce qui arrivait. Thrass posa une main assez tremblante contre son visage, le cœur au bord des lèvres. La Force… La Force pouvait perturber à ce point le fil d’une existence ? Et pourquoi n’avait-il jamais compris être lié à elle ? Et la république était tombée… Et quelle était cette histoire de pandémie ?

ˮQu’est devenu mon petit frère ?ʺ souffla-t-il en baissant la main. ˮEt de quelle pandémie parlez-vous, que s’est-il passé ?ʺ

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 52
Espèce : Chiss
Âge rp : 48 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Tisser des liens entre les personnes [Libre]   Dim 19 Aoû - 17:39

« Je vais très bien. »

Il était sûr ? Car là, étant donné son expression, on aurait plutôt dit qu’il était prêt à s’effondrer sans crier gare. Dans le doute, elle se leva elle aussi lorsqu’il amorça le mouvement, prête à le rattraper si elle voyait que ça n’allait pas. Et bien lui en prit car il perdit effectivement l’équilibre presque aussitôt s’être mis debout. Alors ça, chez les hommes, c’était vraiment une manie de calmer mais oui tout va bien alors que non ! Ou de ne pas vouloir se reposer assez. Ou d’être convaincu qu’ils pourront marcher ou courir alors qu’ils n’étaient pas bien, comme s’il était honteux d’avoir un instant de faiblesse. Elle le rattrapa avant qu’il ne s’effondre par terre, puis l’aida ensuite à se rallonger sur le lit de camp. De diplomate, elle devenait peu à peu infirmière, avec des patients très peu coopératifs, pour la plupart. Enfin… La plupart des siens, dont elle s’était occupée à la station, étaient trop assommés par la maladie pour réaliser ce qui se passait autour d’eux et ça n’avait pas été plus mal. Ewime alla vite fait chercher de l’eau, pendant que l’Administrateur reprenait un peu ses esprits, puis revint ensuite prendre place sur le tabouret. Il devra prendre quelques heures pour se remettre, et ensuite… Et bien, pour revoir son frère, il faudra sans doute attendre, tout dépendait où il était.

« Qu’est devenu mon petit frère ? souffla-t-il en baissant la main. Et de quelle pandémie parlez-vous, que s’est-il passé ? »

La jeune femme hésita, cette fois-ci, restant un petit moment silencieuse. Pas vraiment à cause de la pandémie, elle pouvait très bien l’expliquer, mais le reste… Etait-ce vraiment à elle de dire ce que l’amiral était devenu et pourquoi ? Son exil était directement lié à l’affaire ayant coûté la vie à Thrass, alors en rajouter, lui avouer que non seulement lui et Lorana étaient morts, mais que son petit frère s’était fait jeter dehors par l’Ascendance… Ce n’était pas non plus le meilleur moment. D’un autre côté, si elle ne lui disait rien et qu’il apprenait, durant les prochains jours, que c’était Thrawn qui commandait ici en tant qu’amiral de l’Empire, ce sera encore pire. Qu’est-ce qui était le mieux ? Tapotant des doigts contre sa robe, elle prit une légère inspiration, peu sûre d’elle.

« Ce n’est pas à moi de vous donner les détails, concernant votre frère, je… Ici, vous allez en entendre parler donc je ne vous dirai que les grandes lignes. »

Elle se contenta de lui dire que suite à l’affaire du Vol vers l’Infini, Thrawn avait été exilé par l’Ascendance et qu’il servait maintenant le nouvel Empire, ajoutant qu’il était devenu amiral. Pas question d’en dire plus. Déjà, parce qu’elle ignorait absolument tout de la vie qu’il avait pu mener depuis lors, ensuite parce que, trop jeune à cette époque, elle n’avait pas bien suivi l’affaire et ignorait donc la façon dont elle avait été jugée. Elle passa plutôt sur le sujet de la pandémie, assez rapidement pour faire passer cette gêne et ne pas dévoiler combien elle trouvait la sentence profondément injuste. Etait-ce si mal de défier les traditions si cela été fait dans le but de protéger leur peuple ? Tout en parlant, elle incita Thrass à boire et respirer doucement, le malaise allait passer, c’était simplement trop de chocs d’un seul coup. Sans oublier la fatigue de ce « passage »… Après tout, il y a encore deux heures, il était mort ! Elle fit passer cette pensée très étrange en arrière-plan, poursuivant plutôt son récit. La coalition mise en place, la recherche du vaccin… Tant de personnes touchées, tant de morts.

« Des mondes entiers ont été dépeuplés, murmura-t-elle avec peine. Le virus a touché durement notre peuple, même s’il était tardif à s’installer, se remettre à été difficile, pour les survivants. Mais tout ça est derrière nous, maintenant. Le nombre de morts est si affolant, la galaxie mettra sans doute beaucoup de temps à se remettre du désastre. »

Un soupir lui échappa, elle ne voulait pas paraître trop pessimiste ou désabusée, simplement, et bien… Et bien, il fallait du temps, voilà tout.

« Maintenant, il vous vraiment que vous vous reposiez. Je vais voir avec le commandant Parck ou vous pouvez vous rendre, puis lui demander de contacter votre frère. Restez là sans trop vous agiter, en attendant. D’accord ? »

Elle se leva, en veillant à ne pas se prendre les pieds dans ses jupes, puis fila aussitôt, à la recherche du commandant. Il devait bien être dans le coin, quelque part, elle allait le trouver.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 28
Espèce : Chiss
Âge rp : 38 ans
Infos fermées
MessageSujet: Re: Tisser des liens entre les personnes [Libre]   Lun 20 Aoû - 12:32

Qu’est-ce qui allait encore lui tomber dessus… Thrass commençait vraiment à redouter chaque mot sortant de la bouche de cette femme, depuis trente minutes, comme si chacun d’entre eux était une nouvelle pierre ajoutée à l’autel de la folie pure. Heureusement, par ailleurs, qu’il était déjà allongé car la nouvelle suivante lui fit l’effet d’une nouvelle chape de plomb le frappant de plein fouet. Il savait… Il avait toujours su que ça allait mal se terminer, pour lui ! Depuis le début, depuis qu’il n’en faisait qu’à sa tête, depuis qu’il refusait d’écouter ou de suivre les règles les plus élémentaires ! Magnifique résultat, vraiment, exilé depuis trente ans ! Thrass voulut dire quelque chose puis n’en eut pas le courage. Il faudra qu’il en parle directement avec son frère, s’il pouvait le revoir, mais savait déjà la réponse qu’il allait lui fournir.

Ensuite, cette maladie qui s’était répandue, comment et pourquoi, la façon dont elle avait été combattue, c’était à croire qu’une antique malédiction frappait la galaxie de toutes ses forces pour en anéantir le moindre habitant jusqu’au dernier. C’était à peine concevable. Pourquoi quelqu’un voudrait créer un virus pareil ? Aucun ennemi ne pouvait être assez fou pour créer une rame pouvant détruire aussi bien ses alliés que ses ennemis, sans aucun moyen de la contrôler. Il céda et but un peu quand Chaf’ewime’asu insista, la trouvant décidément très… maternelle. Ou protectrice. Si elle s’était bien occupée de son frère aussi pendant la pandémie, c’était soit lorsqu’il dormait, soit lorsqu’il était trop affaibli pour protester, sinon, il aurait sûrement voulu l’en empêcher. Déjà, lui faire juste accepter qu’il avait besoin de soigner, ce n’était pas simple.

ʺDes mondes entiers ont été dépeuplés, murmura-t-elle avec peine. Le virus a touché durement notre peuple, même s’il était tardif à s’installer, se remettre à été difficile, pour les survivants. Mais tout ça est derrière nous, maintenant. Le nombre de morts est si affolant, la galaxie mettra sans doute beaucoup de temps à se remettre du désastre.ʺ

Oui, il s’en doutait bien. Elle se leva tout à coup en disant qu’elle allait trouver le commandant, pour savoir où il pourrait se reposer et aussi contacter Thrawn. En attendant, il devait « rester là sans trop s’agiter ». Mère-poule… Il ne fit cependant pas mine de protester, comme s’il aurait eu le temps de toute façon, se contentant de la regarder s’éloigner à grands pas. Cette affaire de folie… Thrass leva une main pour la passer contre son front, sans savoir vraiment quoi penser de tout ça. La Force ramenait des gens à la vie, cette seule idée était énorme, incroyablement difficile à accepter, plus encore lorsqu’elle vous touchait personnellement. Le crash semblait lui semblait avoir eu lieu il y a quoi… Une heure ? A peine une heure, oui, ses souvenirs le brûlaient comme au fer rouge, la peur pour lui et Lorana, la tristesse de dire adieu à ses proches, la colère que ça doive se passer ainsi, le soulagement de pouvoir préserver les survivants et le peuple Chiss, tout se mêlait.

Revoir son frère et savoir ce qui s’était passé, son exil… Puis se mettre à jour, comprendre ce qu’il fichait de retour en vie, ce qui s’était produit, puis, s’il le pouvait, retourner sur le site du crash avec Lorana, s’assurer de l’état des survivants, les faire ramener chez eux. Quand la sœur de Formbi revint, il suivit sans protester, cette fois-ci, admettant que oui, il n’en pouvait plus. Dans quelques heures, ce sera déjà mieux…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Infos fermées
MessageSujet: Re: Tisser des liens entre les personnes [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tisser des liens entre les personnes [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tisser les liens de toute une vie... ~ Gabrielle de Vendôme
» Course-poursuite entre magiciens [PV:Eva,Nagi,Daisuke]
» Pique nique entre deux chemins...
» [Théorie] AZ, Amaryllis & Floette, trop de liens !
» Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Coeur de la Force ::  :: Ascendance Chiss :: Nirauan-
Sauter vers: